Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Kia Rio 2005 : essai routier

Kia Rio 2005 : essai routier

Last call ! Par ,

Last call !

Pour plusieurs, une voiture est un mal nécessaire, qui constitue un immense trou dans le budget mensuel. Préférant voyager, mieux se loger ou simplement profiter de la vie, ces acheteurs sont généralement ceux qui considèrent la Rio. Bien sûr, on achète souvent ce type de véhicule parce que les moyens financiers ne nous permettent pas plus, mais il s'agit d'abord d'une solution idéale pour celui qui veut débourser le moins possible, et avoir l'esprit tranquille.
 
Photo - Antoine Joubert - Auto123.com
Parmi nous depuis 2001, la Rio s'est immédiatement classée au premier rang des ventes du manufacturier coréen. Elle a également contribué au succès de la marque, qui n'offrait à son arrivée que deux modèles peu convaincants (Sephia et Sportage). D'abord lancée en version berline, la Rio s'est par la suite déclinée en familiale. Nommée Cinco aux États-Unis et RX-V au Canada, elle se démarque comme étant la familiale la plus abordable au pays. En fait, il s'agit également de la seule offerte dans la catégorie des sous-compactes.

La Rio entame maintenant sa cinquième année de carrière, et il faut admettre qu'elle commence à avoir quelques rides. La voiture n'a pas si mal vieilli, mais l'arrivée de plusieurs nouvelles concurrentes a donné un sacré coup de poing à cette sous-compacte, qui pendant quelques années, a constitué le pain et le beurre de la marque.

Design et architecture
 
Photo - Antoine Joubert - Auto123.com
Ne vous attendez pas à trouver une quelconque modification esthétique en 2005, puisque la voiture est reconduite intégralement. Elle présente toujours cette bouille sympathique, qui se distingue de la masse. Malgré son âge, la Rio est toujours aussi agréable à l'oeil, ce qui prouve qu'une voiture n'a pas besoin d'être chère pour être belle. Une quatrième version, appelée Édition Anniversaire, vient cependant se glisser à la gamme. Se situant entre les modèles RS et LS en terme de prix, elle diffère uniquement par son équipement de série. L'oeil averti pourra cependant la reconnaître à ses phares antibrouillards, et par son logo placé à gauche sur le coffre.

La qualité de construction de la Rio, sans être égale à celle des produits japonais les plus en vogue, étonne à plus d'un niveau. Les panneaux sont bien ajustés et la qualité de peinture n'est pas vilaine non plus. Par contre, on remarque à l'ouverture des portes et en fermant le coffre, que la tôlerie est très légère et que par conséquent, la voiture est très vulnérable aux petites bosses et à la corrosion.

Aménagement intérieur
 
Photo - Antoine Joubert - Auto123.com
La voiture la moins chère au pays n'offre évidemment pas un habitacle très cossu. Cependant, tout est bien agencé et l'ergonomie est irréprochable. La planche de bord regroupe efficacement les commandes de ventilation, la radio et les quelques autres commandes et boutons qui s'y trouvent. À l'avant, on remarque un bon nombre de compartiments de rangement, ainsi que la présence de quatre porte-gobelets. Le conducteur prend place sur un siège qui étonne par ses multiples ajustements. La qualité du tissu n'est pas très relevée, mais les deux molettes servant à l'ajustement vertical de l'assise, ainsi que la présence d'un support lombaire sont des éléments très appréciables. De plus, la majorité des modèles reçoivent un accoudoir rabattable de série. En ajoutant à tout cela un volant inclinable, le conducteur est donc en mesure de trouver une position de conduite idéale. À l'arrière, deux adultes de taille moyenne peuvent prendre place sur la banquette, sans se sentir à l'étroit. Cependant, le confort n'est pas exceptionnel, et les petites bosses faisant office d'appuie-tête sont carrément inutiles.