Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Lexus CT 200h 2011 : essai routier

Lexus CT 200h 2011 : essai routier

Les temps changent, mes amis! Par ,

On dirait que j’ai eu un genre de révélation.

Non, je n’ai pas redécouvert Dieu ni moi-même; je ne suis pas tombée sur un talent caché ou réalisé que j’ai fait le mauvais choix de vie. En fait, rien n’a changé vraiment… outre mon style de conduite au cours de la semaine. (Je vous laisse un moment pour absorber le choc.)

Lexus CT 200h 2011 vue 3/4 arrière
Cet hybride ne brille pas plus que tout autre parce qu’il s’agit d’un modèle « de luxe », mais bien parce que la technologie est enfin devenue potable du côté de la conduite. (Photo: Sébastien D'Amour/Auto123.com)

Quand j’ai appris que j’allais conduire la nouvelle Lexus hybride, j’avoue que j’ai roulé les yeux juste un peu. Avant de connaître quoi que ce soit sur la voiture, j’avais déjà fait son procès, me basant sur mes expériences précédentes au volant d’hybrides (moins que favorables, j’ajouterais). Or, en faisant des recherches et en regardant des images et même en observant quelques CT 200h sur la route, j’ai commencé à m’enthousiasmer un peu. Voici pourquoi :

On dirait que Lexus a haussé la barre des hybrides. Le constructeur est passé à un tout autre niveau d’efficacité et de branchitude, et si les hybrides continuent sur cette voie, je pense que peut-être, tout finira bien. Peut-être.

Mettons les cartes sur la table. L’idée des hybrides est fantastique, quand ils fonctionnent bien. Un véhicule carburant au gaz et à l’électricité? Ingénieux! Sauver la planète et son portefeuille, peut-on vraiment en demander plus? Mais souvent, l’exécution desdits hybrides laisse beaucoup à désirer. Des boîtes de vitesses flasques, des transitions essence-batterie-essence brusques et des modes VE limités (voire inutiles) nous empêchent en général d’épouser la tendance hybride.

Et voilà que la Lexus CT 200h entre en scène et change tout… pour moi.

Penchons-nous d’abord sur son look d’enfer. Oui, c’est un modèle à hayon, mais un modèle à hayon sport et contemporain, angulaire et taillé à la hache là où il le faut. Et, elle n’était pas drapée d’un insipide bleu poudre ou d’un infect vert pomme! Le pourpre frappant de sa robe, ses vitres ceintes de chrome et le symbole Lexus en beau bleu foncé (uniquement sur les Lexus hybrides) soulignaient son petit côté sport, pratiquement du jamais vu pour un hybride.

De sveltes phares coiffant une grosse calandre munie d’antibrouillards confèrent à la CT200h une forte présence sur la route, tout comme la croupe tronquée, l’aileron discret émergeant du toit et les feux arrière linéaires dignes d’un styliste. Bref, une voiture qui a simplement de la gueule.

Lexus CT 200h 2011 vue 3/4 avant
Le pourpre frappant de sa robe, ses vitres ceintes de chrome et le symbole Lexus en beau bleu foncé soulignaient son petit côté sport, pratiquement du jamais vu pour un hybride. (Photo: Sébastien D'Amour/Auto123.com)