Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Lexus RX 2016 : premières impressions

Lexus RX 2016 : premières impressions

La référence continue de s’améliorer Par ,

Portland, Oregon. Les constructeurs automobiles ont toutes sortes de véhicules dans leurs gammes respectives. Il y a ce qu’on appelle des modèles de référence, ceux qui réunissent les meilleurs attributs de tous les autres dans un seul produit. Ils sont bons à tout faire, mais n’excellent dans rien.

Prenons le Lexus RX, par exemple. Cet utilitaire sport haut de gamme se veut beaucoup plus qu’une ES, aussi luxueux qu’une GS et capable d’affronter les mêmes chemins de campagne qu’un GX – tout ça dans un emballage très attrayant. 

Un succès colossal
Le moins qu’on puisse dire, c’est que le Lexus RX connaît énormément de succès. Lui qui a parti le bal des multisegments intermédiaires de luxe, il est aujourd’hui le visage de la marque. La preuve? Ses ventes représentent 40 % de toutes les unités vendues par Lexus! 

Lancé au cours de l’année-modèle 1999, le RX a vite gagné en popularité pour devenir la référence à laquelle j’ai fait allusion tout à l’heure. Maintenant à sa 4e génération, il impose un méchant défi aux designers et aux ingénieurs de Lexus, qui doivent le moderniser sans gâcher tout le succès précédent. 

Avec l’arrivée récente du NX, quelques acheteurs se sont demandé : où est la différence? Eh bien, le nouveau RX règle la question en affichant un plus gros gabarit que l’ancien. 

Plus costaud et pas très subtil
Le Lexus RX 2016 mesure 120 millimètres de plus en longueur (son empattement a été étiré de 50 millimètres) et 10 millimètres de plus en largeur. Quand on se trouve à l’intérieur, ça paraît. La carrosserie se veut à la fois élégante et accrocheuse, incarnant ce que Lexus appelle la « force séductrice », mais je vois plutôt le tout comme un mélange de « wow! » et de « à quoi ont-ils pensé? ». Il faut simplement que je m’y habitue, comme ce fut le cas avec le NX. 

Bien sûr, l’élément qui frappe le plus est la fameuse calandre en sablier de Lexus. J’aime l’idée que le hayon reprenne sa forme, mais le coup d’œil me dérange un peu. Parlant du hayon, un nouveau système nous permet de l’ouvrir juste en balayant la main ou le coude devant le logo de Lexus (en ayant la clé en notre possession). 

F SPORT, retenez ce nom…
L’ensemble F SPORT, pour moi, est un incontournable. Il ajoute divers accessoires et garnitures comme un déflecteur avant pleine largeur et de belles roues exclusives de 20 pouces. D’autres extras apparaissent dans l’habitacle (j’y reviendrai plus tard), mais le plus important à mon avis est la suspension variable adaptative et le sélecteur de mode de conduite.

L’expérience de conduite de Lexus
J’ai commencé par essayer un RX 350 à traction (non disponible au Canada) et j’ai trouvé étrange de sentir un peu de patinage des roues au décollage de même qu’un léger effet de couple à l’accélération. Par contre, je dois dire que le V6 de 3,5 L, qui développe maintenant 295 chevaux (+25) et 268 livres-pied de couple, se montre très fougueux. La boîte automatique à 8 rapports qui l’accompagne est un parfait exemple de fluidité et de transparence. Quand on lui met de la pression, elle garde son calme et obéit sans hésiter.

Le confort de roulement est plus que bon. Après tout, on parle d’un véhicule de Lexus! La suspension de série privilégie une conduite décontractée et prévisible, mais l’absence de roues motrices à l’arrière m’a joué de vilains tours. Le RX 350 à traction ne m’a en effet pas paru aussi stable ni sûr de lui que le RX 450h que j’ai testé juste après. 

Ce dernier est assurément le modèle que je vous recommande d’acheter. Pour la première fois, il comprend lui aussi l’ensemble F SPORT, tandis que son système hybride allie le même V6 avec un moteur électrique pour générer une puissance totale de 308 chevaux. Une boîte à variation continue (CVT) supervise la cavalerie. Dès les premiers kilomètres, il m’apparaissait évident que le poids accru à l’arrière (mais bien contenu grâce à l’utilisation d’aluminium) contribuait à livrer un roulement plus solide et plus raffiné. 

Parmi tous les véhicules hybrides offerts sur le marché, le RX 450h a presque toujours été mon préféré. Le nouveau modèle 2016 ne fait pas exception. Il se révèle assez rapide, confortable, efficace et incroyablement silencieux. D’ailleurs, tous les RX emploient un grand nombre de techniques d’insonorisation. Bizarrement, l’ensemble F SPORT ajoute un générateur de bruit que je trouve vraiment stupide et agaçant.

 

Essais routiers et évaluations

Consommateurs
80%
Lexus RX 2016
Évaluer ce véhicule
Esthétique
Accessoires
Espace et accès
Confort
Performance
Dynamique de conduite
Sécurité
Appréciation générale
Nom
Courriel
Commentaire
Mot de passe
Mot de passe oublié? Cliquez ici
Annuler

Sommaire de l'évaluation

    Lexus RX 2016
    Lexus RX 2016
    Évaluer ce véhicule
    Esthétique
    Accessoires
    Espace et accès
    Confort
    Performance
    Dynamique de conduite
    Sécurité
    Appréciation générale
    Nom
    Courriel
    Commentaire
    Mot de passe
    Mot de passe oublié? Cliquez ici
    Annuler
    Photos :M.St-Pierre
    2016 Lexus RX pictures

    Vive le RX 450h F SPORT! 
    Conduire le Lexus RX 450h F SPORT 2016 est très agréable. Je veux dire qu’il se manie bien, qu’il fait preuve d’une bonne vélocité, qu’il nous dorlote sur la route et qu’il consomme peu de carburant. On peut apporter des changements grâce au sélecteur de mode de conduite, qui modifie les réglages de l’accélérateur, de la direction et de la suspension – d’ECO à Sport+. Ce dernier mode fait une différence notable avec le RX hybride, raidissant les amortisseurs et améliorant la réponse du moteur. 

    Si on a besoin de plus de puissance, les 2 moteurs unissent leurs forces. Sinon, le moteur électrique sert de génératrice. Dans l’ensemble, je dois avouer que cet utilitaire de luxe est mauditement bon.  

    Un intérieur tout en luxe
    Si le design extérieur et la conduite du Lexus RX 2016 ont monté d’un cran, le décor intérieur, lui, a grimpé d’une bonne demi-douzaine. Les matériaux et la finition m’ont profondément impressionné. Avec du cuir sur le tableau de bord, des boiseries gravées au laser et une ergonomie bien étudiée, l’habitacle se veut aussi opulent que spacieux (dois-je vous rappeler ses dimensions accrues?). Les sièges sont dignes de mention et ceux du groupe F SPORT semblent provenir du coupé de performance RC F tellement ils sont beaux et soutiennent bien le corps à tous les endroits. 

    Aussi au programme pour 2016 : un affichage tête haute, une chaîne sonore Lexus à 12 haut-parleurs (ou Mark Levinson à 15 haut-parleurs en option) et un nouveau système de navigation haut de gamme avec écran de 12,3 pouces (le plus grand sur le marché après Tesla). N’oublions pas la nouvelle génération de la commande Remote Touch, que je qualifie de tolérable. Un jour, celle-ci finira par ne plus être aussi distrayante (enfin, espérons…). 

    Encore plus de succès à venir
    Le nouveau Lexus RX 2016 est conçu pour attirer un plus grand nombre de consommateurs et je vous parie qu’il va réussir. Ses fidèles clients le reconnaîtront toujours, alors que d’autres, jeunes et moins jeunes, l’apprécieront respectivement pour son nouveau look accrocheur et son habitacle plus luxueux. 

    Le RX sait offrir aux gens ce qu’ils désirent et même ce qu’ils pensent désirer. Des voisins de mes parents en ont 2! Ils ont acheté le premier à la suite d’une recommandation de ma part et ils l’ont tellement aimé qu’ils s’en sont procuré un second. Le design du nouveau modèle risque de ne pas plaire à leurs goûts très conservateurs, mais ils auront l’impression d’être plus jeunes et plus branchés en l’achetant (ce qu’ils feront très probablement).

    L’usine de Cambridge, en Ontario – la première à fabriquer des véhicules de Lexus en dehors du Japon – continuera de produire le RX. Attendez-vous à le voir chez les concessionnaires au début du mois de novembre. Le prix sera annoncé d’ici là.