Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Mazda CX-7 GX 2RM 2010 : essai routier

Mazda CX-7 GX 2RM 2010 : essai routier

Par ,

J'étais un fan inconditionnel du Mazda CX-7. Le moderne multisegments avait en effet réussi à gagner mon coeur. J'en aimais les lignes, le caractère, l'attitude un peu plus agressive que la moyenne des multisegments.

J'étais un fan inconditionnel du Mazda CX-7.

Mais en 2010, j'avoue que le coup de cœur est moindre. Non pas que la silhouette soit moins jolie, au contraire. On l'a plutôt raffinée un peu, lui donnant encore plus de style. Mais la prolifération de modèles de la famille Mazda, leur abondance sur la route et le comportement moins agréable de la nouvelle motorisation refroidit un peu mon amour. Pas au point de totalement l'abandonner cependant.

Une nouvelle ligne
Esthétiquement, le CX7 est une jolie réussite. Sa silhouette moderne mais pas encore vieillissante se montre distincte, et efficace. Le capot effilé, les passages de roues bombés, et l'arrière profilé en font toujours un véhicule charmant.

On a même réussi à implanter dans la calandre du CX7 le sourire, désormais marque de commerce de Mazda, sans pour autant défigurer le véhicule. Au contraire, ce sourire (c'est-à-dire la forme de la calandre sous le pare-choc avant) vient plutôt lui donner une personnalité mieux affirmée. Il s'agit sans aucun doute du seul cas recensé où ce célèbre sourire revêt un avantage chez Mazda.

À l'intérieur, mêmes modifications légères. Quelques détails de la planche de bord ont été revus, on a changé la finition du tableau de bord et voilà.... une cure de rajeunissement à peu de frais.

Défaut de taille toutefois, et sans mauvais jeu de mot, même pour moi qui ne suis pas nécessairement un modèle de grandeur, les sièges procurent un support mal adapté: les assises trop courtes fournissent peu d’appui aux cuisses, et le soutien lombaire n'a de soutien que le nom. Résultat: une position de conduite confortable difficile à trouver, et de longs trajets parfois douloureux.

Cela ne se traduit pourtant pas à toutes les positions: les passagers arrière ont suffisamment de dégagement, et profitent d'assises plus raisonnables bien que sans excès.

on a changé la finition du tableau de bord et voilà.... une cure de rajeunissement à peu de frais.