Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Mercedes-Benz SLK 350 2012 : premières impressions

Mercedes-Benz SLK 350 2012 : premières impressions

Par ,

JASPER, Alberta — Il faut à peine 20 secondes pour que le toit rigide rétractable de la Mercedes-Benz SLK 2012 sorte de sa cachette et se mette en place, ce qui est beaucoup trop long quand un ours noir suit le rythme du petit roadster et s'en approche au point de pouvoir toucher sa fourrure du bout des doigts. Heureusement pour moi, il avait d'autres projets en tête. Je l'ai regardé passer devant et descendre dans le fossé pour aller vaquer à ses occupations d'ours.

Trop raffinée pour se voir qualifiée de pure et dure, la Mercedes-Benz SLK 2012 mérite quand même sa place parmi les vraies voitures sport. (Photo: Lesley Wimbush/Auto123.com)

Rien de tel qu'un cabriolet biplace pour faire intime connaissance avec le grand air. Et lorsque le trajet emprunte l'une des autoroutes les plus spectaculaires au monde – la Columbia Icefields Parkway, entre le Lac Louise et Jasper, en Alberta – le fait de n'avoir aucune barrière entre soi et le grandiose paysage environnant suffit pour épuiser tous les superlatifs.

Inaugurée en 1996, la SLK est devenue la première décapotable offrant un toit rigide rétractable à commande électrique. Pendant des années, on l'a décrite comme un « char de filles »; mignonne et inoffensive, elle n'a vraiment pas aidé les hommes plus ou moins convaincus de leur virilité.

La toute dernière génération fait de très gros efforts pour masculiniser la SLK, à commencer par l'adoption d'un nouveau faciès qui ressemble drôlement à celui du magnifique coupé sport SLS AMG. La silhouette paraît davantage musclée et découpée, en particulier à l'arrière. Sur les flancs, les fameuses ouïes évoquent le roadster SL des années 1950. Optionnel dans d'autres marchés, l'ensemble d'apparence AMG au look agressif fait partie de l'équipement de série du modèle canadien.

J'ai testé une SLK 350 à moteur V6, seule version présentement disponible. Une SLK 250 à quatre cylindres et une SLK 55 AMG au V8 atmosphérique devraient toutefois la rejoindre d'ici novembre.

L'arrière-train saillant de la voiture laisse paraître deux embouts d'échappement qui, à défaut d'émettre un grognement rempli de testostérone (pour cela, attendez l'édition AMG), produisent un grondement feutré des plus respectables.

Une chose est sûre : les travailleurs du chantier routier près de Banff ne se sont pas sentis émasculés en exprimant leur admiration pour ma « voiture de filles ». Conduire avec le toit baissé pendant la majorité de l'aventure m'a permis de communier avec le monde extérieur plutôt que d'agir à titre de simple spectatrice. J'ai humé l'air frais des hauteurs et pris plaisir à laisser le vent jouer dans mes cheveux.

L'arrière-train saillant de la voiture laisse paraître deux embouts d'échappement qui, à défaut d'émettre un grognement rempli de testostérone, produisent un grondement feutré des plus respectables. (Photo: Lesley Wimbush/Auto123.com)