Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

MINI Cooper Coupé 2012 : premières impressions

MINI Cooper Coupé 2012 : premières impressions

Par ,

FÜRSTENFELDBRUCK, Allemagne – Nous filons à 200 km/h sur la piste d'atterrissage d'un ancien aéroport militaire. Notre voiture : une MINI Coupé John Cooper Works. Le jeu de pieds du pilote paraît flou tellement il est rapide, le bolide danse en repoussant les limites de l'adhérence dans un virage en épingle et le système d'échappement produit un staccato à chaque rétrogradation.

MINI Cooper Coupé 2012 vue 3/4 avant
La MINI Cooper Coupé 2012 sort de l'usine d'Oxford, en Angleterre. (Photo: Lesley Wimbush/Auto123.com)

Le fait qu'une voiture à traction avant puisse faire valser son train arrière avec un tel abandon ne devrait pas vraiment nous surprendre. Après tout, le pilote en question est nul autre que Rauno Aaltonen, champion de rallye à tous les niveaux depuis les années 1960 et l'un des célèbres « Flying Finns ».

« Nous utilisons le mode Sport, qui rend la direction un peu lourde pour certains conducteurs, mais parfaite pour nous », dit-il.

Tu parles!

Même si la MINI Coupé n'a pas caracolé autant qu'avec Rauno, elle s'est comportée comme un fringant Border Collie sans laisse, lorsque mon partenaire d'essai et moi l'avons conduite sur les routes de la contrée bavaroise, plus tard dans la journée.

Avec l'antidérapage désactivé, la nouvelle étoile allemande menace de se renverser, mais elle se laisse facilement convaincre de regagner les rails.

J'avais lu divers comptes-rendus mentionnant que la version JCW pouvait se montrer trop dure et éprouvante en mode Sport, en raison de ses amortisseurs plus rigides et de ses pneus à profil surbaissé. Je suis heureuse d'affirmer le contraire.

Que ce soit sur les voies étroites qui traversent de petits villages bucoliques, les routes en béton surplombées de hauts champs de maïs ou encore les merveilleuses autobahns, la suspension ferme de notre MINI Coupé nous a paru idéalement calibrée. Ferme, mais jamais au point de nous faire souffrir.

Notre essai s'est limité à ladite JCW, fabuleusement équipée et forte d'une cavalerie de 208 chevaux, ainsi qu'à la version à moteur turbodiesel de 2,0 litres produisant 141 chevaux. Les consommateurs canadiens ne pourront profiter de cette dernière, mais il ne s'agit pas d'une grande perte, car sa performance déçoit et n'offre pas le piquant habituel (sa mince bande de puissance rend difficile le choix du bon rapport). Quant à la MINI Coupé de base développant 121 chevaux, elle n'était pas disponible pour l'occasion.

La boîte manuelle à six rapports incluse de série s'accompagne d'un levier à course courte et d'une pédale d'embrayage facile à actionner. Le petit volant à la jante épaisse procure beaucoup de feedback, ce que nous avons drôlement apprécié en dépassant des véhicules de ferme sur des chemins de campagne à peine plus larges que notre minuscule voiture.

MINI Cooper Coupé 2012 moteur
Notre essai s'est limité à ladite JCW, fabuleusement équipée et forte d'une cavalerie de 208 chevaux, ainsi qu'à la version à moteur turbodiesel de 2,0 litres produisant 141 chevaux. (Photo: MINI)