Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

MINI Cooper S Coupé 2012 : essai routier

MINI Cooper S Coupé 2012 : essai routier

Attachez votre tuque! Par ,

La dernière monture de la MINI Cooper se veut également l’exemple de l’Européenne rétro la plus visuellement distincte.

Pensez au MINI Coupé comme l’Audi TT de la famille MINI… mais avec beaucoup plus d’espace que la TT! Le MINI Coupé ne semble peut-être pas avoir une mission aussi claire que la TT, mais il possède beaucoup de ses attributs.

Malgré son style excentrique, il faut rendre au MINI Coupé ce qui lui appartient : les lignes accrocheuses et le look audacieux de ce produit BMW dérivé ont fini par gagner mon cœur. Son air radical ne sème pas la confusion pour autant : on y reconnaît incontestablement une MINI, et il en va de même pour l’habitacle.

Deux portières, deux sièges
Ce Coupé propose un habitacle généreux pour un deux-places. En effet, le dégagement à la fois pour les jambes et la tête m’a surpris dans cet environnement autrement très MINI. L’absence d’une banquette arrière se traduit par un espace de chargement relativement grand sous le hayon. Séparé du reste de l’habitacle par une cloison, il comprend une porte d’accès qui permet de charger de longs objets.

Un panneau derrière les sièges met nos bagages à l’abri des regards indiscrets.

L’intérieur du Coupé compense sa maladresse par son look tendance. S’ils sont confortables et spacieux, son architecture, son aménagement et ses commandes laissent définitivement à désirer.

Les petits boutons à la base de la console centrale ne sont pas particulièrement pratiques ni intuitifs. On finit par s’y habituer, mais leur étrangeté en froissera certains au début.

Il y a d’autres défauts aussi, comme l’absence d’accoudoir central et le manque d’espace de rangement. Plus inquiétante toutefois est la visibilité limitée imposée par la ligne de toit basse, de même que le claquement irritant de la tablette du coffre ainsi que d’autres bruits agaçants que le Coupé produit quand il roule sur une surface accidentée.

Mais une fois qu’on a réussi à ignorer ces facteurs irritants, on apprécie l’âme enjouée du MINI Coupé à sa juste valeur… et cette expérience commence sous le pied droit!

Moteur nerveux et réjouissant
Le cœur du Coupé bat au rythme d’un quatre-cylindres en ligne de 1,6 litre avec turbocompresseur à deux volutes, et vous ne trouverez pas de petit moteur plus héroïque que lui! Ce moulin primé développe 181 ch à 5 500 tours et livre son couple maximal entre 1 600 et 5 000 tours.

MINI avance un 0 à 100 km/h en 6,9 secondes pour son MINI Cooper S Coupé, et je n’ai aucune raison de le remettre en question, même que la voiture semble encore plus rapide. Mon modèle disposait d’une boîte manuelle à six rapports qui exploitait au maximum le grand potentiel du moteur.

Un des aspects les plus grisants de ce bizarre petit Coupé, c’est de lui faire mériter sa dose d’essence super. Le quatre-cylindres propulse sa charge sans effort dès qu’on effleure la pédale, et quand on le pousse, il nous plaque contre notre siège plus intensément que prévu. Et il le fait avec un raffinement certain ainsi qu’un grondement menaçant des plus gratifiants.

En mode Sport, les gaz et la direction sont plus sensibles et livrent des résultats instantanés. Le petit Coupé vocifère par ses deux embouts d’échappement quand on lâche le gaz, évoquant une belle Italienne exotique.

Comme pour la plupart des machines à traction axées sur les performances, l’effet de couple peut se faire sentir quand on écrase la pédale, surtout sur une route bosselée. Il faut alors tenir le volant d’une main ferme.

L’agilité d’une vraie sportive
La sensibilité de la direction étonne. La capacité du MINI Coupé à répondre instantanément à toute intervention, petite ou grosse, attise la passion de la conduire. Mon essai s’est limité aux rues de la ville, mais j’ai eu l’impression que le MINI Coupé ferait fureur sur la piste aussi, surtout avec le moteur turbo du Cooper S.

Or, les facteurs qui assurent l’extraordinaire agilité du Coupé contribuent également à l’amortissement moins qu’idéal : la suspension m’a paru plutôt brusque sur les nids-de-poule et les surfaces raboteuses. Rien d’inhabituel pour un véhicule profitant d’une si bonne tenue de route, mais certains modèles sport réussissent le pari de façon plus élégante… mais bon, ils sont sans doute plus chers que le MINI Coupé aussi, qui affiche une étiquette de base de 25 950 $ sans moteur turbo.

Pour le MINI Cooper S Coupé turbo que j’ai essayé, il faut allonger 31 120 $, soit considérablement moins que l’Audi TT de base à 48 400 $.
 
Le mot de la fin
Malgré ses nombreux faux pas et son excentricité, le MINI Cooper S Coupé s’avère une machine des plus compétentes et grisantes, grâce en partie à son moteur turbo musclé.

Ce réjouissant quatre-cylindres complète les prouesses exemplaires du Coupé en virage et son agilité digne d’une vraie sportive, assurant une expérience de conduite enjouée qui coûterait beaucoup plus cher au volant d’un modèle Allemand.

Il n’est peut-être pas le plus pratique, vu ses places limitées et sa suspension rigide, mais le MINI Cooper S Coupé plaira sans doute aux acheteurs à la recherche d’un deux-places européen distinctif qui livre performances et plaisir et qui ne défoncera pas leur budget, à l’achat comme à la pompe.
 
 

Essais routiers et évaluations

Consommateurs
MINI Cooper 2012
Évaluer ce véhicule
Esthétique
Accessoires
Espace et accès
Confort
Performance
Dynamique de conduite
Sécurité
Appréciation générale
Nom
Courriel
Commentaire
Mot de passe
Mot de passe oublié? Cliquez ici
Annuler

Sommaire de l'évaluation

    MINI Cooper S 2012
    MINI Cooper S 2012
    Évaluer ce véhicule
    Esthétique
    Accessoires
    Espace et accès
    Confort
    Performance
    Dynamique de conduite
    Sécurité
    Appréciation générale
    Nom
    Courriel
    Commentaire
    Mot de passe
    Mot de passe oublié? Cliquez ici
    Annuler
    Gallerie de l'article