Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Mitsubishi RVR SE TI 2011 : essai routier

Mitsubishi RVR SE TI 2011 : essai routier

Du choix! Par ,

Difficile de s'entendre sur le nombre exact de versions du Mitsubishi RVR 2011. Il y a d'abord les ES, SE et GT, la seconde offrant la traction avant (TA) avec boîte manuelle à cinq rapports de série ainsi que la traction intégrale (TI) avec boîte automatique à variation continue, à l'instar de la GT. La compagnie a bien voulu me prêter un RVR SE TI, que j'ai pu différencier de la version ultime étant donné qu'on m'a remis une clé ordinaire au lieu de pouvoir compter sur le système d'accès passif Fast Key avec bouton d'alarme.

Ce Mitsubishi aborde vraiment chaque aspect de la conduite quotidienne avec transparence et civilité. (Photo: Charles Renny/Auto123.com)

Moteur
Peu importe le modèle choisi, le capot dissimule un quatre-cylindres de 2,0 litres développant 148 chevaux et 145 livres-pied de couple. Ce n'est pas beaucoup comparativement aux gros et puissants utilitaires sur le marché; cependant, il faut avouer que ce moteur n'a pas à transporter les mêmes charges et qu'il brûle moins d'essence que tous ses rivaux dans la catégorie. En effet, les cotes de consommation du RVR 2011 s'élèvent à seulement 8,4 L/100 km en ville et à 6,6 L/100 km sur l'autoroute.

Boîte de vitesses
Tel que mentionné plus tôt, la boîte automatique offerte avec ce petit multisegment japonais est du type CVT, donc très efficace. En mode automatique, la conduite devient ennuyante – peut-être plus ennuyante qu'avec n'importe quel autre véhicule. Le moteur émet du bruit et fait avancer le RVR (heureusement), mais c'est à peu près tout. À mi-course, la pédale d'accélérateur autorise des accélérations étonnamment rapides, ce qui peut poser problème ou non, dépendamment de votre humeur du moment. Lorsqu'on met toute la gomme, le RVR y va de son meilleur sprint tout en pensant à économiser de l'essence. Oui, on ressent une explosion, mais certainement rien qui ne s'apparente à un changement de rapport.

Aucune boîte automatique conventionnelle n'est disponible avec le Mitsubishi RVR 2011. Par contre, l'option CVT s'accompagne d'un mode Sportronic avec ou sans sélecteurs de vitesses au volant. Malheureusement, comme j'ai testé la version SE au lieu de la GT, j'ai dû me contenter du levier de vitesses sur la console pour profiter de ce mode et des meilleures sensations qu'il procure à l'accélération. Puisqu'il s'agit de la même boîte CVT pour tous les RVR, les seules différences se situent au niveau des ratios de démultiplication. Le plus difficile reste de s'habituer au comportement de la boîte, afin de pouvoir maximiser son côté pratique et son agrément au lieu de se laisser déranger par son caractère particulier.

Le capot dissimule un quatre-cylindres de 2,0 litres développant 148 chevaux et 145 livres-pied de couple. (Photo: Mitsubishi)