Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Nissan Juke SL 2011 : essai routier

Nissan Juke SL 2011 : essai routier

Beau petit créneau! Par ,

J’avoue d’emblée que les modèles de Nissan ne m’ont pas trop impressionné au cours des dernières années. Tant du côté esthétique qu’émotif, outre la Z et la GT-R, aucun de ses produits n’a su m’interpeller. Le cube fut une révélation, et j’ai même aimé le conduire. Sa singularité, son châssis tendu et son groupe motopropulseur assurent une expérience unique.

Le Juke mérite un essai routier, et Nissan doit s’évertuer à insuffler tous ses produits futurs de cette passion spéciale qu’on ressent au volant du Juke. (Photo: Matthieu Lambert/Auto123.com)

Ce qui me fait réfléchir sur Nissan. Au cours des dix dernières années environ, le deuxième constructeur du Japon n’a connu le succès qu’avec de nouveaux modèles, typiquement des modèles osés. L’Altima 2002 a introduit la notion de « king size » dans le segment des intermédiaires, la Murano 2003 a catapulté le multisegment sur la scène routière et la Versa 2007 à hayon a marié l’espace, la polyvalence et le plaisir de conduite. Autrement, il n’y pas grand-chose qui se passe.

La Sentra, la Maxima, le Rogue, le Pathfinder, les Altima et Murano actuels… aucun ne fracasse de records. Récemment, en Amérique du Nord, Nissan a ressayé de repousser les limites, mais d’une façon bien différente. Je me suis d’abord frotté au cube il y a presque trois ans. Je l’ai adoré à l’époque, et je l’adore encore.

Cette fois-ci, j’ai le coup de foudre pour le Juke. Le hic? Comme le cube, ce véhicule de créneau par excellence ne plaît qu’à un infime pourcentage d’une tranche de consommateurs.

Le retour des yeux globuleux?
Pas tout à fait la Austin Healy Sprite de la fin des années 50, cette voiture revêt quand même une apparence on ne peut plus singulière. Inutile d’ailleurs d’examiner les détails physiques qui composent le Juke, car son style se veut si inusité qu’il faut en faire sa propre idée qu’une fois placé devant.

Je peux dire toutefois que le Juke m’a envoûté au premier coup de volant, oubliant spontanément la tôle et les yeux de chihuahua. Commençons donc par l’habitacle.

2+2
Il s’agit d’un 2+2, ne vous méprenez pas. La fiche technique déclare qu’il y a « de la place pour cinq », par contre je n’assoirais pas une troisième personne mesurant plus de trois pommes au centre de la banquette. Deux adultes de taille moyenne peuvent y prendre place, pourvu que le trajet ne dépasse pas la distance entre le Old City Hall et le Rogers Centre à Toronto.

Il s’agit d’un 2+2, ne vous méprenez pas. Je n’assoirais pas une troisième personne mesurant plus de trois pommes au centre de la banquette. (Photo: Matthieu Lambert/Auto123.com)