Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Nissan Quest 2011 : premières impressions

Nissan Quest 2011 : premières impressions

Par ,

DEL MAR, Californie – De son sommet de tous les temps il y a cinq ans, soit 12 %, la part du marché canadien de la fourgonnette a chuté à moins de 5 % aujourd’hui. À mesure que les baby-boomers voient leur famille vieillir, ils ont tendance à passer aux utilitaires, un segment varié qui a conquis 15 % du marché.

De l’extérieur, la nouvelle Quest paraît plus nette, plus racée. Elle fut dessinée au Japon selon la philosophie esthétique « Sculpture fluide ». (Photo: Nissan)

Même si les fourgonnettes ont toujours été prisées au Canada, leur popularité s’est effritée : les consommateurs désirent de plus en plus des modèles branchés et veulent se faire voir derrière le volant d’un multisegment sport.

Certains constructeurs ont décidé d’abandonner le segment tout court.

La Nissan Quest a pris une année sabbatique pour se remettre en question, réémergeant en tant que modèle 2011 assumant pleinement son rôle de transporteur familial. La Quest précédente avait tenté, sans réel succès, de convaincre les acheteurs, qui ne voulaient rien savoir des fourgonnettes, qu’elle était un véhicule de pointe à la personnalité athlétique et passionnée. C’était un véhicule plutôt gauche que Ian Forsyth, directeur de la planification de produits de Nissan Canada, a comparé à un « chien saucisse ». La 1re génération de la Quest présentait en effet un petit museau tombant fixé à un énorme corps bulbeux, dissimulant un habitacle trop austère pour être réellement invitant.

Ayant surmonté sa crise d’identité, la nouvelle Quest a épousé la cause de ce segment, ciblant les consommateurs qui recherchent une fourgonnette… et leur confort et quiétude inhérents. Réinventée comme un véhicule de famille et de voyage par excellence, la Quest s’inscrit dans la philosophie « d’être le meilleur parent possible », explique Forsyth.

Nissan a brillamment mis à profit les réseaux sociaux pour lancer sa Leaf électrique, sensibilisant les consommateurs et excitant leur curiosité à l’aide de Facebook et Twitter. Pour le lancement de la Quest à Del Mar, en Californie, Nissan a invité des chroniqueurs web qui s’intéressent à la question familiale ainsi que des « mamans blogueuses » à un événement ordinairement réservé aux journalistes automobiles. Ils vivront l’expérience intégrale de la Quest et, on l’espère, partageront leurs impressions avec leurs lecteurs… le marché cible de la Quest.

De l’extérieur, la nouvelle Quest paraît plus nette, plus racée. Elle fut dessinée au Japon (la version précédente était issue des États-Unis) selon la philosophie esthétique « Sculpture fluide ». Le nez tombant aliénant fut remplacé par la calandre audacieuse du constructeur. Des vitres teintées et des piliers noircis semblent créer une aire vitrée ininterrompue, au-dessus de laquelle le toit semble flotter. L’arrière finement ciselé arbore les feux boomerang de la 370Z. Bien que la Quest soit de construction bicoque, des plis de carrosserie plongeants lui confèrent une allure dynamique.

Des vitres teintées et des piliers noircis semblent créer une aire vitrée ininterrompue, au-dessus de laquelle le toit semble flotter. (Photo: Nissan)