Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Porsche 911 Carrera 2008 : essai routier

Porsche 911 Carrera 2008 : essai routier

La 911 de base Par ,

Il faut être un grand connaisseur de la marque pour distinguer la kyrielle de versions de la 911. Il faut se fier aux détails comme les jantes, les déflecteurs et, surtout, l'affichage sur le coffre arrière pour s'y retrouver. Comme je n'ose pas utiliser l'expression bas de gamme quand il s'agit d'une 911, je dirai que la Carrera constitue le modèle d'entrée de gamme. Avec ses 325 chevaux, la Carrera est une véritable sportive : elle vous mènera à bon port avec vigueur selon votre bon plaisir.

Les stylistes ont su, au cours des années, raffiner la beauté du dessin d'origine de cette lignée de Porsche.

Belle de jour comme de soir
Notre voiture d'essai était habillée d'une superbe robe rouge rubis très raffinée. Nous avons reçu de nombreux éloges sur cette teinte dont l'effet rehausse la finesse des lignes de la 911. L'absence de déflecteur arrière visible confirme la pureté des lignes de cette voiture. Les stylistes ont su, au cours des années, grâce à de petites retouches, raffiner la beauté du dessin d'origine de cette lignée de Porsche.

On y descend
L'habitacle aux cuirs beige sable se mariait parfaitement au rouge écarlate. La qualité de la finition de notre Carrera ne faisait aucun doute. Pour s'y asseoir, il faut se tourner, poser son postérieur sur le siège et se retourner. On se glisse ainsi plus facilement dans l'habitacle. C'est la recette magique à utiliser dans toutes les voitures sport; autrement, on se frappe la tête sur le toit ou on s'accroche les jambes dans les portières.

Une fois assis, tout tombe dans la main : volant, pommeau de levier de vitesses et commandes. Personnellement, j'aimerais que l'assise du siège s'incline encore un peu plus vers l'avant.

Le verrouillage et le déverrouillage au moyen de la clef ne demande qu'une seule impulsion, contrairement à d'autres constructeurs. Il m'est arrivé de croire que j'avais bien verrouillé la voiture alors que je l'avais déverrouillée.

Au chapitre du rangement, il faut faire preuve de sagesse : on est loin d'une grosse berline américaine. Les coffrets sont petits et ne répondront qu'à des besoins essentiels. Pour les valises, on compte sur un coffre avant de 125 litres dont la profondeur permettra d'en loger une du type « carry-on ». Il faudra compter sur l'espace arrière du coupé pour le reste. Les dossiers arrière des petites banquettes se rabattent, et l'on peut y glisser deux valises de taille moyenne.

Au chapitre du rangement, il faut faire preuve de sagesse : on est loin d'une grosse berline américaine.