Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Porsche 911 GT3 2010 : premières impressions

Porsche 911 GT3 2010 : premières impressions

ÉPIQUE! Par ,

Je fais maintenant officiellement partie de ceux qui ont eu le privilège de conduire une Porsche 911 GT3. Incroyable comme sentiment! La GT3 est réellement une voiture épique. Épique de par son héritage, sa performance et bien sûr son look d’enfer!

Ce premier contact a été rendu possible grâce au constructeur allemand, qui a invité Auto123.com à son événement médiatique 2010 à Pebble Beach, en Californie (j’ai aussi eu la chance de tester le nouveau Cayenne Turbo). Bien que mon essai ait été bref, j’ai appris des tas de choses sur la voiture… et moi-même. Des choses qui m’ont renversé et enragé en même temps. Mais avant d’aller plus loin, parlons mécanique.

La GT3 est réellement une voiture épique. Épique de par son héritage, sa performance et bien sûr son look d’enfer! (Photo: Mathieu St-Pierre/Auto123.com)

La GT3 est une vraie Porsche : boîte manuelle à six rapports, propulsion arrière, panoplie d’éléments aérodynamiques embarqués et moteur à six cylindres à plat de 3,8 litres. Ce dernier fait trembler le sol avec une cavalerie de 435 chevaux (à 7600 tours/minute) et un couple de 317 livres-pied (à 6250 tours/minute). Si vous aimez les chiffres, sachez qu’on parle ici d’un ratio de 115,3 chevaux par litre de cylindrée… sans turbo! Notez aussi que le régime maximal du moteur s’élève à 8400 tours/minute, que la vitesse de pointe atteint 310 km/h et que le 0-100 km/h se complète en à peine plus de 4,0 secondes.

Voilà de quoi vous laisser bouche bée! Bien sûr, pour apprécier le portrait dans son intégralité, il faut tenir compte du bouton Sport qui, une fois enfoncé, fait rugir férocement le moteur en pleine accélération — un cri profond que libèrent les deux embouts d’échappement centraux. La lourde pédale d’embrayage fait plus que jamais plaisir à relâcher, tandis que la manipulation du levier de vitesses garni d’alcantara s’apparente à flatter un chaton. Vous savez, cette drôle de sensation qui nous fait du bien à l’intérieur…

Dès les premiers tours, le «boxer» refroidi à l’eau ne cherche qu’à atteindre le seuil de régime critique le plus rapidement possible. Bon sang que cette machine nous colle au fond de notre siège! Un peu comme si un treuil de 50 millions de livres nous tirait dans un coin. Heureusement, les énormes freins à disque (380 millimètres à l’avant et 350 à l’arrière) arrivent en tout temps à refroidir les ardeurs de la GT3 et de son conducteur. En prime, leurs mâchoires ne se fatiguent jamais. Pour tout vous dire, les freins en carbone-céramique de la 911 Turbo S ne m’ont pas paru plus puissants.

Heureusement, les énormes freins à disque (380 millimètres à l’avant et 350 à l’arrière) arrivent en tout temps à refroidir les ardeurs de la GT3 et de son conducteur. (Photo: Mathieu St-Pierre/Auto123.com)