Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Porsche Cayman 2009 : essai routier

Porsche Cayman 2009 : essai routier

Le comble de la neutralité Par ,

Est-il réaliste ou même facile d’être impartial dans la vie? Par exemple, si vous assistez à une compétition dans laquelle prend part un parent ou ami, est-il possible d’encourager l’adversaire? Pas vraiment, n’est-ce pas? Lorsque Tiger Woods se présente au tertre de départ, n’espérez-vous pas qu’il s’élance de toutes ses forces et que la balle se rende au vert à chaque fois? Ce que j’essaie de vous dire, c’est qu’on a tous des penchants. Dans l’automobile, Porsche est assurément une enfant chérie.

Vendue à partir de «seulement» 65 300 $, la Cayman 2009 coûte environ 5000 $ de moins qu’une berline M3 de BMW.

Comment alors critiquer une de ses voitures? Demandez à n’importe qui ayant déjà conduit pareilles Allemandes et on vous répondra qu’elles dévorent la route de façon ahurissante. Donc, avant de vous livrer le compte rendu de mon essai routier de la Porsche Cayman 2009, vous devez savoir qu’il s’agit de l’un de mes bolides préférés de tous les temps. Alors comment puis-je rester vraiment objectif?

Prête pour la piste
Ma première expérience avec une Cayman, une version S avec boîte manuelle à six rapports, s’était produite sur l’incroyable Circuit Mont-Tremblant. Inutile de vous dire qu’elle m’avait époustouflé. La stabilité et la neutralité toute naturelles du châssis m’avaient permis d’attaquer les trois premiers virages à une vitesse prodigieuse… alors que plusieurs ont l’habitude de relâcher l’accélérateur ou même de freiner! La superbe transmission et l’embrayage progressif favorisaient un talon-pointe absolument sans faille. Et que dire du moteur à six cylindres à plat (H6) ? Fabuleux!

C’était à l’été 2008. Depuis, la Cayman et son équivalent à toit rétractable, la Boxster, ont subi un grand nombre de modifications qui les ont rendues plus matures. Au-delà du design renouvelé à l’avant et à l’arrière, c’est ce que renferme la séduisante carrosserie qui mérite particulièrement l’attention.

Plus de pouces cubes et de rapports
La Porsche Cayman 2009 «de base» que j’ai testée récemment avait un nouveau moteur H6 de 2,9 litres développant 265 chevaux (au lieu de 2,7 litres et 245 chevaux). Précisons que la version S a conservé sa cylindrée de 3,4 litres mais a vu sa puissance passer de 295 à 320 chevaux. Par surcroît, la désuète boîte automatique Tiptronic à cinq rapports a été remplacée par une séquentielle à sept rapports fort attendue. On l’appelle dans le jargon «Porsche Doppelkupplung» (PDK) et son mécanisme à double embrayage fonctionne comme suit : l’embrayage 1 contrôle les rapports impairs (1, 3, 5, 7) et la marche arrière alors que l’embrayage 2 contrôle les rapports pairs (2, 4, 6). NOTE : Une boîte manuelle à six rapports est toujours incluse de série.

La Porsche Cayman 2009 «de base» que j’ai testée récemment avait un nouveau moteur H6 de 2,9 litres développant 265 chevaux.