Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Porsche Panamera Turbo 2010 : essai routier

Porsche Panamera Turbo 2010 : essai routier

Luxe version très sport Par ,

On a beau dire, quand on m'a annoncé la première fois, que Porsche se lançait dans les voitures à quatre portes avec sa Panamera, j'ai eu un petit sentiment de froid dans le ventre. Car pour moi, la Porsche incarne l'essence même de la voiture sport, celle qui enflamme chaque virage et qui rend chaque randonnée particulière.

Même nantie de tous ses avantages, la Panamera reste principalement une voiture de route qu’une véritable voiture de circuit. (Photo: Matthieu Lambert, Philippe Champoux/Auto123.com)

C'est d'autant plus vrai que j'ai eu l'occasion, au cours de ma carrière, de prendre le volant d'une Porsche de course de plus de 700 chevaux, qu'il m'a fallu apprendre à maîtriser, et qui se montrait d'une telle agressivité qu'elle en était impressionnante. Détail, cette dernière s'est véritablement survoltée lorsque je la conduisais, mais je m’éloigne du sujet.

Vous supposez alors mon peu d'attentes quand je me suis assis au volant de la Porsche Panamera, me disant que l'on venait de créer la voiture par excellence pour ceux qui voulaient simplement avoir le nom Porsche dans leur cour. Mais Imaginez encore plus ma surprise quand j'ai pris la route, j'ai été subjugué, rien de moins.

Style qui laisse froid
Il faut dire, d'entrée de jeu, que le style de la Porsche Panamera n'a pas su gagner mon cœur. L'avant a tout de celui de l'utilitaire Cayenne, à quelques centimètres de la terre, ce qui lui donne une silhouette facile à reconnaître, bien que pas nécessairement agréable.

Ajoutez à cela un arrière arrondi de partout, une dimension tellement imposante qu'elle était plus longue que la fourgonnette familiale et vous aurez une drôle d'impression. Puis, une fois habitué, on dirait simplement qu'on a mélangé les personnalités, un peu comme si on avait habillé un grand sportif en tuxedo de soirée. Il y a quelque chose de pas naturel à voir Sydney Crosby en smoking....

On se reprend avec l'intérieur cependant, dont les détails de finition et d'ergonomie sont rien de moins que spectaculaires. La console centrale de très forte dimension abrite littéralement tout ce que vous pouvez désirer comme commande, et sincèrement, sans difficulté d'utilisation, et dans un agencement très réussi.

Mieux encore, cette console se poursuit jusqu'aux places arrière, donnant aux passagers tout l'espace voulu. Ajoutons à cela des sièges d'un très grand confort, à l'avant comme à l'arrière, et une position de conduite irréprochable, et voilà un des intérieurs les mieux réussis de l'année. En revanche, celui de mon modèle d'essai revêtait une pâleur cadavérique, puis s'est retrouvé au fil des journalistes qui l'ont conduit, de plus en plus sale, sans rien pouvoir y faire.

La console centrale de très forte dimension abrite littéralement tout ce que vous pouvez désirer comme commande. (Photo: Matthieu Lambert, Philippe Champoux/Auto123.com)