Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Premières impressions: Saturn Sky Red Line 2007

Premières impressions: Saturn Sky Red Line 2007

Par ,

Belles et sportive (Red Line)

(Photo: Amyot Bachand)
L'arrivée de la Sky dans les concessions Saturn représente une bonne nouvelle. Elle donnera un air de jeunesse à cette marque. Les deux versions à l'essai lors de cette prise de contact étaient la Sky et la toute nouvelle Red Line à turbocompresseur.

Belles
Les deux versions sont jolies, mais la Red Line a un petit plus qui la rend belle, frappante et attirante. Les stylistes ont profité de l'ajout de quelques bandes chromées ici et là pour rehausser son allure. On la dirait sculptée au couteau... quand la capote est abaissée, il va sans dire. Autrement, l'apparence est nettement moins réussie. Mais le toit se manipule facilement car le mécanisme manuel de fonctionnement est assez convivial.

Habitacle joli
Le jeu des coloris de l'habitacle lui donne une âme pleine d'entrain. Nos versions profitaient de l'ensemble d'options Premium Trim. Si les sièges
(Photo: Amyot Bachand)
sont confortables et offrent un bon maintien latéral, il faut régler le dossier avant de démarrer, car il est presque impossible d'atteindre la molette : on aurait préféré un levier, habituellement plus facile à manipuler. Pour ce qui est de la visibilité, on doit tenir compte des piliers : dans les virages à gauche, le pilier du côté conducteur gêne le champ de vision. De plus, quand le soleil frappe la console, on ne voit plus l'information qu'affiche la radio. On perd également de vue l'indicateur de vitesse et le totaliseur partiel. Contrairement au cas de sa jumelle, la Solstice, le sigle Saturn, placé sur le tableau de bord, se reflète dans le rétroviseur et gêne également la visibilité. Du côté passager, le frein à main dans la console centrale gêne le coude.

Oubliez le coffre !
(Photo: Amyot Bachand)
Consultez nos photos et vous constaterez que, à l'exception de deux ou trois petits sacs souples, le volume de chargement est presque nul. Je ne suis pas le premier à critiquer cet aspect. Je ne pouvais même pas y loger le sac à dos dans lequel je garde mon appareil photo. Pourtant, dans la Solstice, j'y étais parvenu. Il m'a fallu le remettre aux organisateurs. Cette faiblesse limite la vocation de ces belles décapotables à celle de voiture d'appoint. C'est décevant ! En effet, sur la route, les versions Red Line nous donnent le goût de partir pour de belles aventures.

Sur la route
(Photo: Amyot Bachand)
Les deux versions offrent une tenue de route agréable. Mais les performances, tant au chapitre de la suspension que du groupe motopropulseur de la version de base, correspondent davantage à celles d'un véhicule de promenade, et ce, même si on l'a chaussée de roues de 18 pouces. Même sur des routes de gravier, je sentais la voiture bien suivre les trajectoires demandées. La direction est précise.