Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Subaru B9 Tribeca Limited 2006 : essai routier - Partie 2

Subaru B9 Tribeca Limited 2006 : essai routier - Partie 2

Sur la route Par ,

Sur la route

Ceci est la deuxième partie de notre essai routier du Subaru B9 Tribeca. Alors, pour ceux qui viennent tout juste de se joindre à nous, il serait
En m'assoyant au volant, j'ai eu tout le temps d'évaluer ce nouveau VUS multisegments et de découvrir une fois pour toutes pourquoi Subaru se vante autant de réinventer un «segment» aussi large. (Photo: Trevor Hofmann, Canadian Auto Press)
 peut-être bon de consulter la première partie avant d'entamer les paragraphes qui suivent.

Après avoir tout fait avec le Tribeca sauf le conduire, je dois admettre que j'étais pas mal curieux en m'assoyant au volant. J'ai rejoint Jennifer et les enfants un peu plus tard à la campagne, en la suppliant pour pouvoir ramener le Tribeca à la maison au lieu de la nouvelle Volvo V70, que nous aurions l'occasion de rapatrier ultérieurement. Comme je l'ai déjà dit, le voyage prend plus d'une heure (en respectant les limites de vitesse). J'avais donc tout le temps d'évaluer ce nouveau VUS multisegments et de découvrir une fois pour toutes pourquoi Subaru se vante autant de réinventer un «segment» aussi large.

Tout d'abord, après trois tentatives infructueuses pour fermer ma portière (mes doigts glissaient sur la poignée intérieure, qui n'offre aucune
Le fait d'ajuster le support lombaire m'a permis d'obtenir un siège du conducteur plus approprié à ma posture bien qu'un tantinet ferme, m'obligeant à m'asseoir dessus au lieu de dedans. (Photo: Trevor Hofmann, Canadian Auto Press)
adhérence et qui est en fait recourbée dans le mauvais sens), je me suis fâché un peu et je me suis étiré pour saisir la poignée et sceller l'habitacle. J'ai ensuite réduit manuellement le support lombaire qui me causait un certain inconfort. Ceci m'a permis d'obtenir un siège du conducteur plus approprié à ma posture bien qu'un tantinet ferme, m'obligeant à m'asseoir dessus au lieu de dedans, si vous voyez ce que je veux dire. Au moins, les appuis latéraux étaient adéquats; ils me gardaient bien en place lors des virages.

Dans un autre ordre d'idées, Jennifer s'est plainte les premiers temps qu'elle devait lever son pied du plancher pour pouvoir appuyer sur la pédale de frein - c'est probablement la façon correcte de le faire, mais cela devient
Merveilleusement conçu, le volant permet un positionnement idéal des mains. (Photo: Trevor Hofmann, Canadian Auto Press)
fatigant et inconfortable dans les embouteillages. J'aime bien reposer mon talon sur le plancher et simplement balancer mon pied vers l'avant pour appliquer les freins lorsque nécessaire. Or, je chausse du 8 et je peux comprendre que des personnes aux petits pieds, comme la plupart des femmes, soient incapables d'atteindre la pédale sans lever leur pied. Jennifer chausse du 9 pour femmes et elle s'est sentie obligée de procéder ainsi pour effectuer des freinages sécuritaires, étant donné que seul le bout de ses orteils touchait la pédale. Puisque la majorité des conducteurs du Tribeca seront sans doute de la gent féminine, je pense que cet aspect est important à souligner. Faut dire qu'un tel problème n'existerait pas si le véhicule était muni de pédales à réglage électrique, à l'instar du Chrysler Pacifica.

Ce que j'aime beaucoup de ce VUS, c'est le volant. Merveilleusement conçu, il permet un positionnement idéal des mains. Qui plus est, sa
Les cadrans derrière le volant sont faciles à lire, bien qu'ils soient peut-être trop éblouissants à mon goût. (Photo: Trevor Hofmann, Canadian Auto Press)
garniture en cuir de haute qualité est superbe au toucher. Jennifer, rappelez-vous, avait dénoncé l'absence de commandes pour le réglage de la radio, un oubli qui m'a tout aussi surpris. Sur une note positive, le volant est dégagé, certes, mais je préfère une fois de plus le système du Pacifica, voire du Mitsubishi Endeavor, qui place de multiples boutons derrière les bras du volant pour favoriser une manipulation simple et intuitive.

Les cadrans derrière le volant sont faciles à lire, bien qu'ils soient peut-être trop éblouissants à mon goût, surtout les deux petits de chaque côté qui affichent numériquement le niveau d'essence et la température du moteur. Ils sont tout de même d'une bonne grosseur et très lisibles, ce qui est également le cas de la plupart des commandes sur le bloc central.