Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Subaru Impreza WRX Limited 4 portes 2011 : essai routier

Subaru Impreza WRX Limited 4 portes 2011 : essai routier

Ce qui compte, c'est l'intérieur Par ,

Certaines choses sont tout simplement faites pour aller ensemble, comme le vin et le fromage, la bière et les chums, Brad et Angelina de même que les turbocompresseurs et la traction intégrale. Il existe en effet peu de sensations aussi satisfaisantes que celle d'attaquer une route dans une voiture sur laquelle on peut toujours compter.

La silhouette compacte, le regard déterminé et les jantes de choix me fascinent chaque fois que je croise une WRX. (Photo: Matthieu Lambert/Auto123.com)

Je vous ai souvent parlé de mon expérience lors d'une froide matinée de janvier 2006. En ouvrant la porte de garage de mon bloc appartements, j'ai découvert pas moins de 41 centimètres de neige. Pendant que la ville restait paralysée, j’affichais mon plus large sourire. De l'ombre, je suis passé à la lumière!

J'essayais une Subaru Impreza WRX 2006 et ce jour-là ou plutôt cette semaine-là (il a neigé deux ou trois autres fois) figure parmi les plus mémorables dans ma carrière de journaliste automobile vieille de 12 ans.

Oubliez l'emballage, si possible
Je suis un grand fan de la WRX depuis les premières Impreza 2.5RS de la fin des années 1990. La silhouette compacte, le regard déterminé et les jantes de choix me fascinent chaque fois que j'en croise une. J'adore aussi les ailerons, les jupes, les feux antibrouillard et les embouts d'échappement – tous présents et frappants sur ces Subaru, surtout les versions familiales! J'ai même rêvé récemment à une Spec R1 2003; vous souvenez-vous de celle-là?

À partir de 2008, année de sa refonte, la WRX a conservé ces éléments, mais le portrait d'ensemble ne m'attire plus (c'est comme des implants mammaires sur une femme de 90 ans). En plus, la compagnie a abandonné la familiale! Dans une tentative de séduire un plus large public, Subaru a altéré sa philosophie de design même si cela impliquait de perdre quelques fidèles et mordus en cours de route.

Heureusement pour la Japonaise, peu de voitures dans la catégorie arrivent à reproduire les exploits de l'Impreza, encore moins la WRX. L'une d'elles est la Mitsubishi Lancer Ralliart. Or, s'il existe d'importantes différences entre les versions EVO et STI, il n'y a aucun doute que la WRX l'emporte sur la Ralliart.

Voici comment je la préfère : à hayon, de n'importe quelle couleur (mais préférablement blanche), avec des roues de 17 pouces (de série) pour l'hiver et un nouveau kit de jantes de 18 pouces pour l'été. Ainsi habillée, la WRX me convient. Pour ce qui est du reste du design, je n'aime pas le pot-pourri d'ingrédients Subaru à la sauce japonaise de tous les jours. Ce n'est pas dans mes goûts.

Quant à l'intérieur, l'Impreza a toujours été franchement sobre et dépouillée. J'aimais ça! Cette fois-ci, par contre, les designers ont tenté de raffiner le décor mais sans véritable succès. Évidemment, rien de tout cela ne fait pencher la balance une fois qu'on prend la route.

À l'intérieur, l'Impreza a toujours été franchement sobre et dépouillée. (Photo: Matthieu Lambert/Auto123.com)