Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Suzuki Kizashi Sport iAWD 2013 : essai routier

Suzuki Kizashi Sport iAWD 2013 : essai routier

Un nom peut-il tout dire? Par ,

J'ai tendance à me fier à mes premières impressions quand vient le moment d'évaluer un véhicule. Les sensations, les odeurs et les émotions ressenties lors de mes premiers essais au volant sont en général assez conformes aux conclusions finales, même après une semaine complète au volant du même véhicule.

Donc, lorsque je me suis installée au volant de la Suzuki Kizashi 2013, j’ai été confrontée à un tsunami de sensations et d'émotions contradictoires, au point de ne plus savoir quoi faire.

Je ne songeais qu’à conduire la voiture et espérer pour le mieux. C’est ce que j’ai fait.

Ont-ils choisi le bon nom pour ce véhicule?
Le mot « Kizashi » signifie « quelque chose d’important arrive » en japonais. Je tenais à le souligner.

Les récents déboires de Suzuki ne sont un secret pour personne: le constructeur a quitté le marché américain, les ventes stagnent, et la marque est en voie de disparition. Ce n'est pas que Suzuki fabrique d'horribles véhicules en papier mâché, mais elle n’a pas lancé de véhicule à succès populaire sur le marché depuis belle lurette.

Lancée en 2010 au Canada en tant que modèle 2011, la Kizashi a connu un "succès d'estime" par sa silhouette innovatrice et sa traction intégrale en option. Nous voici seulement quelques années plus tard, et la berline japonaise est presque totalement absente de nos routes.

Une silhouette frappante
Il ne m'arrive pas souvent de croiser une Kizashi sur la route. Elle se fait plutôt rare, ce qui est dommage puisqu'elle est somme toute assez jolie. Vue de l'avant, elle ressemble à une version plus mature de sa petite sœur la SX4, avec sa belle mâchoire carrée.

C'est l'arrière de la Suzuki Kizashi 2013 qui m'inspire le plus. Est-ce que ce sont les embouts d'échappement chromés intégrés au parechoc avec leurs formes géométriques ou est-ce son coffre arrière légèrement retroussé jusqu'à se fondre au becquet qui attise cette passion? Pas certaine, mais l'arrière de la Kizashi me plaît.

Hormis ces éléments, la silhouette de la Kizashi ne suscite pas beaucoup de passion. Elle passe tellement inaperçue que j'ai eu quelques difficultés à la trouver dans un stationnement bondé. Je me suis même convaincue, après l’avoir repérée, que ce n'était pas le véhicule que je cherchais. Je me suis dit : « impossible; elle est trop branchée pour être une Suzuki (avec ses belles jantes 18 po, ses jupes latérales et son parechoc sport) ». En même temps, je me disais qu'elle était trop moche pour être le véhicule que je conduisais à ce moment. Difficile à réconcilier, n'est-ce pas?

Habitacle raffiné
L'habitacle ne fait qu'accentuer mon dilemme. D'un côté, on y trouve un haut degré de raffinement: la Suzuki Kizashi Sport iAWD 2013 est munie d'un système de navigation Garmin à commandes vocales avec écran tactile de 15,5 cm. Les boutons du système de climatisation et les autres placés au volant sont solides, et leur ergonomie est parfaite. Finalement, la planche chromée du tableau de bord ajoute une belle touche à l'ensemble.

Les passagers avant et arrière sont accueillis par des sièges confortables qui offrent un bon soutien. Même la finition intérieure des portières est impeccable.

L'aménagement intérieur est nettement supérieur à ce qu’on peut espérer d'un véhicule de cette catégorie, surtout d'une Suzuki. Il y a quelque temps, j'ai essayé la SX4 2013 ainsi que le Grand Vitara 2013, et aucun des deux ne possède la qualité de finition de la Kisashi. J'ai posé mon regard quelques instants sur l'écusson au centre du volant en me demandant si j'étais réellement au volant d'une Suzuki.

L'installation d'un siège d'enfant à l’arrière se fait en un tournemain, mais le dossier du conducteur reste à la portée des petits pieds, bien que l’espace soit quand même suffisant pour un adulte. Un généreux coffre de 378 litres accepte facilement tous les bagages.

Impressions contradictoires
La Suzuki Kizashi 2013 suscite simultanément des réactions divergentes. Munie d'un moteur 4-cylindres de 180 ch qui produit 170 lb-pi de couple, elle est bien assez puissante pour mener tout le monde à destination. Les palettes de changement de vitesses montées au volant permettent de commander la transmission CVT si bien que nous en avons même retiré un certain plaisir.

Ajoutons que cette berline est offerte avec traction intégrale intelligente (avec mode autobloquant, en passant) et nous avons entre les mains un véhicule fort agréable à piloter. Je n'ai pas eu la chance de l'essayer dans des conditions enneigées, mais, en usage normal, elle performe très bien, et même mieux.

Là où le bât blesse
Alors, où est le problème? Beauté, élégance, habitacle soigné, conduite agréable, traction intégrale, mais qu'est-ce qui cloche?

Bon, cette Suzuki (et dites-le à voix haute : « cette Suzuki ») commande un prix de départ dans les 30 000 $. Ce n'est pas que je trouve qu'elle ne vaut pas son prix: elle le vaut bien. Avec des équipements comme la traction intégrale et la qualité des matériaux utilisés, je comprends. Mais, à ce prix, je peux me retrouver au volant d’une Subaru WRX 5-portes ou même d’une MINI Cooper S Countryman ALL4.

Voilà où le bât blesse. C'est triste, mais c'est comme ça.
 

Essais routiers et évaluations

Consommateurs
Suzuki Kizashi 2013
Évaluer ce véhicule
Esthétique
Accessoires
Espace et accès
Confort
Performance
Dynamique de conduite
Sécurité
Appréciation générale
Nom
Courriel
Commentaire
Mot de passe
Mot de passe oublié? Cliquez ici
Annuler

Sommaire de l'évaluation

    Suzuki Kizashi Sport iAWD 2013
    Suzuki Kizashi Sport iAWD 2013
    Évaluer ce véhicule
    Esthétique
    Accessoires
    Espace et accès
    Confort
    Performance
    Dynamique de conduite
    Sécurité
    Appréciation générale
    Nom
    Courriel
    Commentaire
    Mot de passe
    Mot de passe oublié? Cliquez ici
    Annuler
    Gallerie de l'article