Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Tesla Roadster S 2010 : premières impressions

Tesla Roadster S 2010 : premières impressions

Tout droit sortie du présent Par ,

Mon premier contact avec Tesla s’est produit il y a environ quatre ans lorsque je suis tombé sur une vidéo d’un duel entre la Roadster et une Ferrari sur YouTube. On voyait le petit bolide électrique torcher le fougueux étalon italien dans une course d’accélération.

Le nom «Tesla» rend hommage au célèbre inventeur, ingénieur et scientifique Nikola Tesla. (photo: Mathieu St-Pierre/Auto123.com)

À l’époque, les voitures électriques semblaient venir de la dernière pluie, la vaste majorité sous forme de concepts et de prototypes radicaux. Je n’aurais jamais imaginé que la compagnie puisse prospérer autant, encore moins que j’aie la chance de conduire l’une de ses voitures.

En effet, j’ai récemment passé trois heures au volant d’une Tesla Roadster S rouge fusion. Je dois dire que je n’ai jamais piloté une Lamborghini ou une Ferrari dans ma carrière de journaliste, mais je sais maintenant à quoi je peux m’attendre si jamais j’en essaie une un jour.

L’étoile filante
Accompagné de Hans Ulsrud, directeur régional des ventes à Toronto, j’ai marché nerveusement dans le garage souterrain d’un sombre édifice de Yorkville et j’ai retrouvé mon enthousiasme d’enfant lorsque mes yeux se sont posés sur la magnifique silhouette de supercar de la Roadster. Bien que la ressemblance avec les produits Lotus soit frappante, j’ai ressenti une espèce d’interdit, comme si cette Américaine était encore un secret hautement gardé.

Je ne sais pas pour le reste du Canada mais, ici au Québec, quand on prend possession d’un véhicule de presse, aucun représentant de la compagnie ne nous fait une présentation détaillée et c’est correct. Toutefois, j’espérais bien que M. Ulsrud me donne quelques explications et précisions en me remettant les clés.

À ma grande surprise (et joie), la Tesla Roadster ne se veut pas plus complexe qu’une Porsche ou toute autre voiture sport haut de gamme. Il m’a bien sûr décrit les différents modes de fonctionnement, dont «Performance». Je lui ai vite répondu que je me contenterais bien du mode «Normal», car je n’entendais pas valider la célèbre force d’accélération de la voiture. Or, il a insisté et je suis bel et bien parti en mode «Performance». Croyez-moi, cette bombe est aussi explosive qu’on le dit! À peine le deuxième virage franchi, j’avais exploré 40 % de la course totale de la pédale d’accélérateur et la chair de poule commençait à s’emparer de moi.

Le meilleur, par contre, restait à venir…

Il s’agit d’un bolide sport de haute performance dont le bilan d’émissions de CO2 demeure absolument NUL. (photo: Mathieu St-Pierre/Auto123.com)