Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Toyota FJ Cruiser 2009 : essai routier

Toyota FJ Cruiser 2009 : essai routier

Par ,

Le FJ Cruiser est un hommage contemporain à la gamme de véhicules hors route de renommée mondiale Toyota FJ Land Cruiser. Ironiquement, le modèle original n’a jamais été très populaire au Canada, sauf chez les inconditionnels du tout terrain. On dirait que l’original avait beaucoup plus de facilité à traverser la jungle et sillonner le désert que de survivre aux hivers saskatchewannais.

Le FJ Cruiser répondra à vos besoins urbains et tout terrain.

On vend toujours des Land Cruiser dans de nombreux pays, simplement pas au Canada. Le nouveau FJ Cruiser a pour mission de combler ce vide dans l’image du modèle tout en proposant un véhicule des plus moderne et confortable. C’est comme si les ingénieurs de Toyota avaient troqué ses exceptionnelles capacités hors route pour une exceptionnelle exploitabilité pratique.

Les Land Cruiser d’origine avaient deux portières. Les nouveaux modèles sont un tantinet plus pratiques, leurs grandes portières avant en facilitant considérablement l’accès. De plus, une demi-portière ouvrable rend l’accès à la très confortable banquette arrière aussi facile que l’accès avant.

À l’arrière, une portière traditionnelle plutôt qu’un hayon s’articule toujours sur 90 degrés afin d’assurer le libre accès à l’espace de chargement arrière. Les charnières de la portière arrière sont massives, voire gargantuesques, car cette dernière sert également de support pour le pneu de secours. Le pneu est accroché assez bas afin d’être pratiquement invisible dans le rétroviseur.

Mes doutes quant à la petitesse des vitres vues de l’extérieur ont vite été dissipés une fois monté à bord. Bien qu’elles semblent étroites, elles sont à la bonne hauteur pour offrir aux passagers une vue panoramique des environs. La vue derrière le pare-brise est particulièrement impressionnante, le capot massif et les épaules carrées du Cruiser délimitant exactement les extrémités du bolide.

La conduite en ville s’avère plutôt aisée si on positionne les grands rétroviseurs correctement afin de réduire les angles morts au maximum. Lorsque la voie se dégage, le puissant V6 de 4,0 litres nous propulse rapidement d’un endroit à l’autre, pourvu que le bon rapport de la boîte manuelle à six vitesses soit enclenché. À vitesse plus élevée, elle rétrograde rapidement et aisément. L’embrayage est léger, et le levier se manipule sans aucun effort.

Une demi-portière ouvrable rend l’accès à la très confortable banquette arrière aussi facile que l’accès avant.