Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Toyota Highlander 4WD V6 Sport 2009 : essai routier

Toyota Highlander 4WD V6 Sport 2009 : essai routier

Par ,

Ce qui frappe le plus du Highlander, c’est sa façon d’apaiser mon humeur avant même de me trouver derrière le volant. Il fait parfois frisquet lorsqu’on y monte à bord tôt un matin de printemps, avant que la neige ne soit fondue (tous les véhicules de presse restent à l’extérieur). Après avoir tourné la clé, la première chose que je fais est de m’assurer que les sièges chauffants sont allumés, puis je sors dégivrer le pare-brise. Les sièges ne chauffent que lorsqu’on y est assis, je les active donc plus pour me faire plaisir qu’autre chose.

Le Highlander peut paraître un peu gros, mais il s’avère tout de même un honnête véhicule d’assaut urbain.

Une fois les glaces nettoyées, je m’assure que le dégivreur fonctionne et que la commande de chauffage est réglée au maximum. Je sais que le système automatique diffuse de la chaleur aussitôt qu’il y en a, mais encore une fois, je me fais plaisir. Je m’enfonce ensuite dans mon siège, boucle ma ceinture et je pars, n’ayant laissé à mon bolide ou mon corps le temps de se réchauffer. Après environ cinq minutes, je sens la chaleur sortir du tableau de bord et mon postérieur est bien au chaud.

Même le trajet au bureau est relaxant : je peux apprécier le voyage parce que le Highlander me détend. D’ailleurs, si j’ai à être pressé, ce ne sera pas en me rendant au boulot, mais plutôt en retournant à la maison!

Les composantes individuelles du Highlander ne sont pas meilleures que celles de bien d’autres voitures, mais les sièges, commandes, instruments et les finis se complètent à merveille. Tout semble se trouver à sa place logique, peu importe la voiture qu’on conduit d’ordinaire. Notre ligne de vision pour les instruments est aussi nette que les lignes de la route. Une fois réglé le siège selon ses préférences, placé les rétroviseurs de façon à éliminer presque tous les angles morts, ce qui facilite de 90 % l’expérience de conduite une fois qu’on s’est habitué à la position des rétroviseurs.

La console centrale, comprenant les commandes audio et du système CVCA, peut loger le système GPS de caméra de recul si vous l’avez commandé, et les grosses commandes pour le CVCA à réglage manuel peuvent être remplacées par un système automatique si vous optez pour un certain groupe d’options.

Le contrôle de la stabilité et l’antipatinage font du Highlander un VUS très maniable par mauvais temps, et en ajoutant la transmission intégrale on n’est peut-être pas prêt pour les sentiers perdus des Rocheuses, mais on peut certainement affronter nos routes hivernales et les nids-de-poule printaniers.

La console centrale, comprenant les commandes audio et du système CVCA, peut loger le système GPS de caméra de recul.