Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Toyota Matrix XR 2010 : essai routier

Toyota Matrix XR 2010 : essai routier

Par ,

La Toyota Matrix a un problème d'identité. En fait, elle hésite encore entre la notion de familiale et celle de petite voiture compacte. Mais dans un cas comme dans l'autre, elle attire une certaine clientèle, soucieuse d'obtenir un petit peu de confort, et un tantinet d'espace.

À ce prix, et avec une telle réunion d'éléments intéressants, la Matrix est un des meilleurs choix que Toyota propose.

Mais attention, ici tout est au format compact, et la Toyota avec son style révisé il y a quelques années ne propose pas exactement une alternative aux grands véhicules. Malgré tout, la qualité de la Matrix ne dément pas et à défaut d'exaltation de conduite, elle propose efficacité et fiabilité.

Du style et des courbes
L'ancienne Matrix était, avouons-le, d'une simplicité désarmante. Depuis l'arrivée il y a quelques années du style Clarté vibrante chez Toyota (un concept que je n'ai toujours pas compris mais qui a permis d'arrondir quelques coins sur les voitures), la Matrix a une allure nettement mieux réussie.

À l'avant, elle reprend les constantes Toyota, avec des petits phares un peu surélevé et un capot plutôt plat. À l'arrière, on joue davantage la carte de l'aérodynamisme, en arrondissant encore une fois les arêtes de la portion cargo.

Le résultat est plutôt agréable au premier coup d'oeil, mais laisse présager quelques difficultés de visibilité et de chargement, ce qui se vérifiera à l'usage. Ainsi, le chargement par exemple, est lourdement pénalisé par cette forme plus arrondie. Comme on le devine, pas facile de glisser dans un coin qui n'existe pas, une structure carrée comme une boite. On a donc l'impression de perdre beaucoup d'espace au détriment du style.

Même son de cloche en matière de visibilité. À l'avant, pas de problème, la position de conduite permet sans difficulté de bien voir à travers un pare-brise de bonne dimension. Meilleure chance la prochaine fois cependant pour la vision arrière, lourdement handicapée par une glace nettement sous dimensionnée, malgré son intégration sur les côtés.

Quant à l'habitacle, il rejoint un peu ces mêmes caractéristiques: moderne, efficace, mais manquant un peu de dégagement et d'espace.

Les cadrans ronds, installés comme en trois dimensions, donnent vraiment un peu de gueule à l'ensemble.