Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Toyota RAV4 et RAV4 hybride 2016 : premières impressions

Toyota RAV4 et RAV4 hybride 2016 : premières impressions

Une nouvelle voie pour le RAV4 Par ,

Le Toyota RAV4 a la chance d’avoir un public déjà conquis. Pendant des années, la compagnie a été à l’écoute des consommateurs, de sorte qu’elle peut leur offrir exactement ce qu’ils recherchent : beaucoup d’espace de chargement, une banquette arrière spacieuse, une faible consommation d’essence et un prix abordable. Or, même en essayant de plaire au plus grand nombre, on néglige quand même quelques acheteurs potentiels.

Pour 2016, le Toyota RAV4 s’efforce d’attirer de nouveaux clients. En plus d’afficher un design légèrement modernisé, il propose une version « sportive » appelée SE de même qu’un modèle hybride à la fois plus écoénergétique et plus puissant.

Je les ai conduits successivement par une journée pluvieuse dans la région de Gatineau, ce qui m’a permis de découvrir à quel point l’utilitaire compact de Toyota s’est amélioré.

RAV4 SE : pas un gros gain de performance
Je dois reconnaître que les versions SE que Toyota a récemment ajoutées à sa gamme (Camry, Sienna, etc.) font de beaux efforts pour en donner plus aux acheteurs. Le nouveau RAV4 SE 2016 se démarque avec de jolies roues de 18 pouces, un look un peu plus agressif (phares à DEL et feux arrière à DEL de série) et quelques modifications intérieures qui présagent une conduite plus amusante.

Malheureusement, en dépit d’un bon équilibre sur la route, entre autres sur les chemins de campagne détériorés au nord de la capitale canadienne, la conduite du RAV4 SE n’offre pas grand-chose de stimulant, même dans les enchaînements de virages. Sa direction à assistance électrique ne transmet pas assez bien l’information provenant des roues avant, tandis que son moteur à 4 cylindres de 2,5 litres (le même qu’en 2015) et sa boîte automatique à 6 rapports ne mettent que 176 chevaux à notre disposition. C’est correct pour filer en douceur sur l’autoroute, mais les reprises à plus de 80 km/h sont laborieuses. 

Par ailleurs, même si Toyota prétend que le système de transmission intégrale distribue plus de couple aux roues arrière qu’auparavant (en mode Sport), ni moi ni mon partenaire d’essai n’avons constaté la différence sur une chaussée mouillée.

Les familles continueront de l’adorer
Mieux vaut se concentrer sur les domaines dans lesquels le Toyota RAV4 2016 excelle au lieu du potentiel sportif limité de sa nouvelle version SE. L’équipement revu et amélioré comprend un nouvel écran d’information de 4,2 pouces au milieu des cadrans, un système de caméras qui permet de voir tout ce qu’il y a autour du véhicule et la série de dispositifs de sécurité Toyota Safety Sense incluant un système précollision avec fonction de détection des piétons, un avertisseur de collision avant, un système d’avertissement de sortie de voie avec fonction d’assistance garde-voie, des phares de route automatiques et un régulateur de vitesse adaptatif à radar.

Certaines versions du RAV4 profitent maintenant de matériaux plus doux au toucher sur les principales surfaces de contact, notamment le tableau de bord et les portières. Cela dit, toutes proposent un habitacle bien aménagé et un volume de chargement inégalé dans la catégorie (avec les dossiers arrière rabattus, c’est impressionnant!).

RAV4 hybride : toute une surprise!
Quand j’ai essayé le nouveau Lexus NX l’an dernier, j’ai étonnamment préféré le modèle hybride à celui qui renferme un moteur turbo. Eh bien, vous savez quoi? C’est pas mal la même chose qui s’est produite avec le Toyota RAV4 2016.

J’explique ça en partie par la puissance accrue. En effet, en combinant le 4-cylindres de 2,5 litres et un moteur électrique, on obtient 194 chevaux, sans oublier un couple de 206 livres-pied. Concrètement, le tout se traduit par un gain d’une seconde au sprint 0-100 km/h par rapport au RAV4 SE (malgré le poids additionnel qu’impose le système hybride). Cette fougue plus marquée s’apprécie facilement lorsqu’on monte une côte. Par surcroît, le RAV4 hybride se montre plus doux grâce à des amortisseurs plus souples.

Bien sûr, il y a un prix à payer. Alors que le Toyota RAV4 2016 se vend à partir de 24 990 $, le modèle hybride coûte 10 000 $ de plus. À sa défense, il comprend de série un rouage intégral et un plus grand nombre de commodités (sa gamme débute d’ailleurs avec la version XLE, donc pas de LE ni de SE). D’un autre côté, le RAV4 hybride brûle autant d’essence sur l’autoroute (7,6 L/100 km) que le modèle régulier à traction et son gain en termes de consommation moyenne n’est que de 1,7 L/100 km.

Destiné à connaître du succès
J’ignore combien d’acheteurs d’utilitaires compacts à la recherche de sensations au volant feront un détour chez un concessionnaire Toyota, mais la compagnie a trouvé le moyen de satisfaire la clientèle établie dont j’ai parlé en introduction et d’attirer en plus les amateurs de voitures hybrides qui désirent quelque chose de plus gros qu’une Prius.

Il est clair que le Toyota RAV4 hybride 2016 intéressera un bon bassin de consommateurs étant donné la réputation de Toyota en matière d’économie de carburant. Ceux qui en font l’essai et qui découvrent à quel point il est agréable à conduire l’adopteront plus souvent qu’autrement. 

Le reste de la gamme du RAV4 2016 n’est pas mal non plus, Toyota ayant amélioré un produit déjà très bon et éprouvé. Mais c’est la nouvelle version hybride qui devrait aider le plus à augmenter les ventes au Canada.

Essais routiers et évaluations

Consommateurs
Toyota RAV4 2016
Évaluer ce véhicule
Esthétique
Accessoires
Espace et accès
Confort
Performance
Dynamique de conduite
Sécurité
Appréciation générale
Nom
Courriel
Commentaire
Mot de passe
Mot de passe oublié? Cliquez ici
Annuler
Toyota RAV4 2016
Toyota RAV4 2016
Évaluer ce véhicule
Esthétique
Accessoires
Espace et accès
Confort
Performance
Dynamique de conduite
Sécurité
Appréciation générale
Nom
Courriel
Commentaire
Mot de passe
Mot de passe oublié? Cliquez ici
Annuler
2016 Toyota RAV4 and RAV4 Hybrid