Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Toyota Tacoma 2005

Toyota Tacoma 2005

La Tacoma lutte pour le titre de meilleure camionnette compacte Par ,

La Tacoma lutte pour le titre de meilleure camionnette compacte

La Tacoma saura gagner des adeptes, mais elle sera aussi l'étincelle pour activer les ventes du manufacturier japonais dans le segment lucratif des camionnettes pleine grandeur. (Photo : Trevor Hofmann, Canadian Auto Press)
Il n'est pas coutume d'essayer un tout nouveau véhicule à deux reprises avant son lancement officiel, mais c'est justement la chance que j'ai eue avec la toute nouvelle Tacoma. La première fois, c'était au mois de juillet lors de la présentation des modèles Lexus-Toyota 2005, j'avais un prototype à ma disposition. J'ai été en mesure de faire quelques randonnées en campagne. Même si j'avais été agréablement surpris, ce n'était pas suffisant pour voir ce que le véhicule avait dans le ventre. Cependant, plus tard, Toyota m'a fourni une belle occasion de faire plus ample connaissance avec la Tacoma dans la région de Kemptville en Ontario. Cette fois, j'avais plusieurs modèles pour la plus grande partie de la journée. J'étais vraiment en mesure de comprendre dans quelle direction le fabricant japonais s'en allait avec ce nouveau modèle que je qualifierais de critique.

Pourquoi critique? Toyota vend sa juste part dans la majorité des catégories, mais pour les camionnettes, l'histoire est différente. Les camions, les VUS, les hybrides s'approprient de la moitié des ventes de véhicules neufs aux États-Unis et d'une part remarquable au Canada. C'est pourquoi Toyota voit ce segment comme une opportunité d'accroître
Mon père est le client type de Toyota, fatigué de la fiabilité douteuse et du service après-vente qui n'était pas mieux, il a délaissé le marché domestique. (Photo : Trevor Hofmann, Canadian Auto Press)
sa part de marché. Par ses qualités, non seulement la Tacoma saura gagner des adeptes, mais elle sera aussi l'étincelle pour activer les ventes du manufacturier japonais dans le segment lucratif des camionnettes pleine grandeur. En effet, la plupart des propriétaires de Tundra et de Sequoia ont d'abord possédé une camionnette compacte ou un VUS de la marque.

C'est le scénario qui est arrivé à mon père. Il y a quelques années, il a laissé sa fourgonnette GMC Safari à propulsion pour une RAV4 qu'il possède toujours, puis il a récemment ajouté une Tundra dans son entrée. C'est un cas classique. Fatigué de la fiabilité douteuse et du service après-vente qui n'était pas mieux, il a délaissé le marché domestique pour se tourner vers Toyota qu'il ne quittera probablement pas.

La Tundra est presque trop bonne. Elle est tellement raffinée, tellement proche d'une automobile et tellement peu virile et méchante que les acheteurs potentiels ne la considèrent même pas. La Tacoma ci-dessus paraît plus grosse avec ses sièges plus hauts. (Photo : Trevor Hofmann, Canadian Auto Press)
Actuellement, la Tundra est trop petite pour le client nord-américain typique qui se plaint d'être assis trop bas et que ça fait trop « voiture » à son goût. La Tundra me rappelle une histoire qui date d'une vingtaine d'années entre la Harley-Davidson et la Honda Shadow. Honda avait construit une « meilleure » Harley. Du moins, elle était plus fiable avec ses composantes de meilleure qualité et elle ne tremblotait pas au ralenti. Ironiquement, ce dernier point en faisait une moto moins désirable pour les amateurs, alors Honda a dû refaire ses devoirs pour donner plus de caractère à la moto. Les perfectionnistes qui conçoivent les motos japonaises ont vraiment dû se creuser la tête et pour pouvoir connaître le succès en sol nord-américain, Honda a appris une ou deux règles. Aujourd'hui bien sûr, Harley fabrique plusieurs des meilleures motos de route au monde et est un des meilleurs vendeurs pour cette raison.

Voilà pour la leçon d'histoire dans le domaine de la moto, mais que vient-elle faire dans la vente de camionnettes? Simplement, la Tundra est presque trop bonne. Elle est tellement raffinée, tellement proche d'une automobile et tellement peu virile et méchante que les clients potentiels ne la considèrent même pas. Mon père, un Viennois plutôt raffiné et qui habite la campagne, est l'acheteur type d'une camionnette pour « gentleman ».