Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Volkswagen Eos Comfortline 2012 : essai routier

Volkswagen Eos Comfortline 2012 : essai routier

Place au soleil! Par ,

Eos, la déesse de l'Aurore, avait pour frère Helios, le dieu du Soleil. Afin que Helios puisse briller de tous ses feux, Eos s'assurait de dégager le ciel à l'aube. Ceux qui vivaient dans la Grèce antique et vénéraient les Titans croyaient qu'elle commandait l'arrivée du jour.

Or, pour le commun des mortels vivant au 21e siècle, Eos n'est qu'une voiture allemande fabriquée par Volkswagen.

Volkswagen Eos Comfortline 2012 vue 3/4 avant
Lorsque son toit rigide se retire dans le coffre pour laisser toute la place au soleil, on accepterait volontiers de payer quelque 40 000 $ pour la seule joie de la conduire. (Photo: Sébastien D'Amour/Auto123.com)

Il existe un lien entre les deux, croyez-moi. Si certains manufacturiers choisissent le nom de leurs modèles de façon arbitraire ou inventent carrément des mots, Volkswagen a délibérément opté pour Eos. Voyez-vous, lors de son lancement en 2005, on disait qu'elle marquait l'aube d'une nouvelle ère pour la compagnie. C'est vrai en quelque sorte, mais le fait que l'Eos soit une décapotable rend son appellation encore plus juste et significative.

Coiffée d'un immense toit panoramique en verre qui peut s'escamoter, la Volkswagen Eos 2012 donne à ses occupants la chance de découvrir le ciel, de s'exposer au soleil et d'apprécier pleinement le jour – exactement comme le faisait la déesse de l'Aurore.

Mais où est-ce que je veux en venir au juste avec ces métaphores? L'Eos que j'ai testée n'est aucunement une déesse. En fait, au-delà du ciel, du soleil et de l'air libre, la comparaison entre les deux ne tient pas du tout la route.

Certains voudront me prouver le contraire (après tout, le métier veut ça), mais attendez que je m'explique. Je ne dis pas que l'Eos m'ennuie, au contraire. La raison pour laquelle je refuse de la déifier et la compare à tant d'autres voitures, c'est sa grande nonchalance et sa modestie. Elle ne tente pas d'attirer toute l'attention ni de voler la vedette, ce qui est rare pour une décapotable.

En effet, songez à toutes celles que l'on voit sur la route de nos jours. Que pensez-vous de leur conducteur? Allez-y, soyez honnêtes. Ces individus recherchent de l'attention, pour ne pas dire qu'ils sont exhibitionnistes. En outre, la plupart des décapotables (MX-5, Z4, Camaro Cabriolet, MINI Cooper Cabriolet, etc.) privilégient la sportivité et désirent à tout prix se faire regarder.

Mais pas la Volkswagen Eos.

D'accord, j'ai conduit un exemplaire noir, ce qui n'aidait pas à faire tourner les têtes, mais une peinture rouge vif n'aurait rien changé à mon avis. Remarquez, j'aime quand même l'élégance sobre de l'Eos. De bout en bout, elle affiche un style tout à fait propre à Volkswagen : une calandre simple, des phares sans prétention, de jolies roues en alliage de 17 pouces et une simple ligne de relief sur les flancs pour ajouter un soupçon de caractère.

Volkswagen Eos Comfortline 2012 vue 3/4 arrière
De bout en bout, elle affiche un style tout à fait propre à Volkswagen. (Photo: Sébastien D'Amour/Auto123.com)