Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Volkswagen Rabbit 2.5 Sport 2009 : essai routier

Volkswagen Rabbit 2.5 Sport 2009 : essai routier

Un lapin coûteux Par ,

Cette Volkswagen peut paraître anachronique pour certains. En troquant son nom original (Golf V) pour Rabbit, ce modèle permet à Volkswagen Canada de poursuivre la commercialisation de l’ancienne Golf (Golf IV) en la transformant en un modèle bon marché appelé Golf City. Or, en ressuscitant le nom américain de la première compacte à traction de VW, les stratèges de la marque espéraient réussir un coup de marketing axé sur la nostalgie. C’était en 2006.

La Volkswagen Rabbit s’appelle Golf (V) en Europe. L’an prochain, elle sera remplacée par la Golf (VI).

Aujourd’hui cependant, les automobilistes européens achètent de toutes nouvelles Golf (Golf VI). Et il y a belle lurette sur le Vieux continent que la Golf IV est passée au rayon des occasions...

Pour rendre les choses un peu plus compliquées, en 2010, lorsque la Golf VI fera son entrée sur le continent nord-américain, elle s’appellera... Golf! Ta-dam!

Décidément, VW sait comment nous faire perdre notre lapin... oups! Latin!!

Compacte, mais coûteuse!
Puisque la Golf City dessert désormais la clientèle en quête de compactes bon marché, avec son prix de base « plancher » à peine supérieur à 15 000 $, il ne faut pas s’étonner de découvrir qu’une Rabbit coûte plus de 20 000 $. En fait, la version Trendline est offerte à partir de 20 975 $ et la Comfortline, 21 950 $.

Outre le degré supérieur de sophistication, l’origine géographique des deux produits aurait-elle quelque chose à faire dans cet écart de prix important? Après tout, la Rabbit est assemblée en Allemagne, alors que la Golf City provient du Brésil.

Question de compliquer les choses encore un peu (désolé!), en allongeant 1600 $ de plus, vous pouvez affubler cette citadine de l’étiquette Sport. Ce vocable n’apparaît (heureusement!) nulle part sur la voiture, mais il procure six accessoires, dont quatre qui sont vraiment désirables.

Le tableau de bord adopte une esthétique pour le moins conservatrice. En revanche, son aménagement fait preuve d’une ergonomie soignée.