Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Volvo XC90 T6 AWD Inscription 2016 : essai routier

Volvo XC90 T6 AWD Inscription 2016 : essai routier

Un retour en force Par ,

Il serait difficile de cacher le fait que la division Volvo fait du sur-place depuis quelques années, surtout lorsqu’elle est comparée aux constructeurs allemands. Il faut néanmoins applaudir le retour d’une familiale au sein de l’alignement en plus de l’introduction de deux variantes Cross Country, mais en matière de nouveautés, la marque suédoise n’avait rien présenté de nouveau depuis un bon moment déjà.

Heureusement, l’année 2016 amène du changement plus que bienvenu. Voici le nouveau XC90, un VUS pleine grandeur qui entend faire oublier cette situation qui perdure depuis trop longtemps chez Volvo.

Une nouvelle robe
Sans être un laideron, l’ancien XC90 avait du mal à suivre la compétition avec sa silhouette datant de 2003 (!) et ses attributs provenant d’une gamme dépassée par les années. La bonne nouvelle, c’est que le nouveau millésime respecte le passé tout en regardant vers l’avenir. Il est tout simplement impossible de le confondre pour un autre ce nouveau XC90, et ce, malgré une gueule résolument plus moderne.

En livrée T6 AWD Inscription, l’emphase est mise sur l’élégance, les jantes optionnelles de 21 pouces contribuant à rehausser le statut de ce VUS pleine grandeur. Le bouclier, portant fièrement une grille de calandre argentée, ne manque pas de charme avec ses blocs optiques au DEL.

Sur les flancs, cette bande métallisée à la base des portières arbore dignement la mention « Inscription », le seul autre détail digne de mention étant la fenestration cerclée d’une finition argentée. Les designers de la marque n’ont pas voulu dénaturer le produit, le XC90 étant toujours muni de feux de position verticale, ceux-ci étant bien entendu de nouvelle facture. L’apparence d’un véhicule est une affaire bien personnelle, mais à mon humble avis, ce nouveau venu saura en séduire plus d’un. D’ailleurs, il a suscité beaucoup d’intérêt pendant ces quelques jours d’essai.

Un habitacle typiquement Volvo
S’il est vrai que la gamme du constructeur a besoin d’un bon coup de balai, il y a au moins un aspect que maîtrisent plutôt bien les concepteurs de la marque : l’habitacle. À bord d’une Volvo, les occupants nagent en plein confort. Les sièges ont déjà une réputation enviable en ce qui a trait à leur confort et c’est toujours le cas à bord du nouveau membre de la famille. Si la première rangée donne aux passagers tout l’espace nécessaire, c’est aussi le cas derrière, la banquette pouvant s’avancer de l’avant vers l’arrière afin de donner plus d’espace pour ceux qui prendront place à la 3e rangée. Bien entendu, les 2 dernières rangées de sièges sont escamotables pour permettre le transport d’objets plus longs à bord. Je dois tout de même mentionner que la partie médiane de la banquette centrale est laborieuse à relever en place, la sangle étant difficile d’accès.

Outre l’assise confortable, le XC90 se démarque par sa planche de bord épurée au possible, la portion centrale étant dorénavant agrémentée d’un écran tactile vertical qui rappelle les tablettes intelligentes dernier cri. Le hic, c’est que cette solution handicape le conducteur sur son temps consacré à regarder la route devant lui. Autrement dit, ce gadget s’avère trop distrayant pour celui ou celle qui tient le volant. Et malheureusement, il y a trop de fonctions essentielles qui se retrouvent à cet endroit.

Terminé les grosses cylindrées
Jadis équipé d’une mécanique à 6 ou même 8 cylindres, le XC90 délaisse pour de bon cette formule d’antan. Sous le capot de ce gros véhicule se cache un 4-cylindres de 2,0-litres de cylindrée développant la bagatelle de 320 chevaux et un couple tout aussi impressionnant de 295 lb-pi. Comment est-ce possible? Il y a assurément de la suralimentation là-dessous!

En effet, Volvo fait appel à un tandem turbocompresseur/compresseur volumétrique pour arriver à de telles statistiques. Et l’histoire ne s’arrête pas là, car il y a une version encore plus vitaminée, la livrée T8 PHEV ajoutant un moteur électrique à l’équation, ce qui gonfle la puissance à 400 chevaux.

Mais, revenons à notre XC90 T6 AWD si vous le voulez bien. Pour acheminer toute cette énergie aux roues, Volvo fait confiance à une boîte de transmission automatique à 8 rapports, celle-ci proposant un mode manuel à l’aide du levier de vitesse, mais pas de palettes au volant! Quant au rouage intégral – obligatoire dans ce segment –, il sait répartir le couple entre les 2 essieux selon le mode de conduite sélectionné – il y en a 5 – et l’adhérence disponible.

Confortable à souhait
Le premier détail qui saute aux yeux lorsque le véhicule démarre, c’est sa sonorité. C’est bien beau l’efficacité énergétique, mais ça ne remplacera jamais le grondement d’un moteur à 6 ou 8 cylindres. Volvo doit tout de même être de son temps, n’est-ce pas? À ce sujet, sachez qu’en ne ménageant pas la mécanique, j’ai obtenu une moyenne de 11,5 L/100 km après une semaine au volant. C’est supérieur aux 10,6 L/100 km annoncés, mais tout de même impressionnant compte tenu de la taille et du poids de ce véhicule.

Tel que mentionné, le XC90 s’adapte à l’humeur de son conducteur, les 5 modes de conduite modifiant les réactions du véhicule, que ce soit au niveau de la direction ou même de la vivacité de la mécanique. Le mode Eco diminue de beaucoup la réponse du moteur, tandis que l’option Comfort s’avère idéale pour la conduite au quotidien. En mode Dynamic, le XC90 aiguise évidemment ses paramètres, la direction étant plus lourde et la boîte de transmission plus rapide. Malgré tout, le XC90 demeure très douillet à n’importe quel niveau de conduite et franchement, le mode par défaut – Comfort – est idéal dans 95% des situations.

Conclusion
Notre continent est un eldorado pour les véhicules utilitaires. Il était donc impératif que Volvo réintroduise un XC90 au goût du jour. Ce VUS devrait grandement aider la division suédoise à redorer son carnet de ventes, du moins à court terme. Hyper confortable, très bien ficelé et doté d’une mécanique à la fine pointe, le XC90 2016 représente l’avenir de la marque. Il faudra également surveiller sa fiabilité à court terme, les produits Volvo n’étant pas les meilleurs de l’industrie à ce chapitre. Si seulement il y avait plus de boutons et moins de fonctions tactiles sur le tableau de bord!

Essais routiers et évaluations

Consommateurs
Volvo XC90 2016
Évaluer ce véhicule
Esthétique
Accessoires
Espace et accès
Confort
Performance
Dynamique de conduite
Sécurité
Appréciation générale
Nom
Courriel
Commentaire
Mot de passe
Mot de passe oublié? Cliquez ici
Annuler
Volvo XC90 2016
Volvo XC90 2016
Évaluer ce véhicule
Esthétique
Accessoires
Espace et accès
Confort
Performance
Dynamique de conduite
Sécurité
Appréciation générale
Nom
Courriel
Commentaire
Mot de passe
Mot de passe oublié? Cliquez ici
Annuler
Photos :Vincent Aubé
2016 Volvo XC90 T6 AWD Inscription