Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Acheter ou ne pas acheter... de Detroit

Acheter ou ne pas acheter... de Detroit

Par ,

Acheter à l'aide de crédit
Lorsqu'on met de côté les prévisions apocalyptiques des médias et qu'on regarde ce qui se passe vraiment dans l'industrie automobile, on s'aperçoit que le moment est propice pour se procurer le nouveau véhicule qu'on lorgne depuis belle lurette. Il y a plusieurs points importants à considérer avant, mais ils ne diffèrent pas de ceux d'il y a un an. Demandez-vous si vous avez réellement besoin d'un nouveau véhicule et si vous pouvez vous le permettre.

Le crédit facile et la plupart des crédits-bails sont chose du passé. Les crédits-bails ont disparu suite au fiasco des prêts hypothécaires à haut risque, qui a siphonné tout l'argent du marché. En bref, un grand fonds de crédit est soutenu par la valeur comptable des prêts. Ainsi, on se retrouve à détenir des profits fictifs.

Lorsque les défauts de paiement sur les crédits hypothécaires ont commencé, les profits fictifs se sont évaporés. Des montants tellement énormes ont littéralement disparu (le défaut de paiement sur une maison d'une valeur de 500 000 $ qu'on vend maintenant 200 000 $, si on réussit à la vendre tout court, fait plus mal au bilan qu'un bail de 30 000 $ qu'on revend pour 10 000 $) qu'il ne restait plus d'argent réel pour les crédits-bails.


La protection du chapitre 11
Supposons pour l'instant que GM (il en irait de même pour Chrysler et Ford) se place sous la protection du chapitre 11 de la loi américaine sur les faillites. Le chapitre 11 ne représente pas un plan de faillite, mais protège plutôt une entreprise de ses créanciers. Il permet à l'entreprise de continuer à exploiter toutes ses facettes, y compris les contrats syndicaux (tous les avantages dont nous entendons parler pourraient être supprimés par injonction).

La fermeture d'usines était monnaie courante avant cette crise du crédit. GM avait déjà annoncé son intention de fermer quatre de ses huit usines de montage de camionnettes; il restait à négocier avec le syndicat pour en déterminer le coût. Le processus serait maintenant accéléré.

Les fournisseurs
Pour ce qui est des fournisseurs, certains risquent fort bien de faire faillite ou d'invoquer à leur tour la protection du chapitre 11. Lorsque la fumée se dissipera, les fournisseurs seront toujours en affaires, mais ils se seront dégraissés et transformés en boîtes plus dynamiques.

Les concessionnaires
De nombreux concessionnaires fermeront sans doute leurs portes. Depuis des décennies, ils ont de plus en plus de difficulté à faire de l'argent. Les meilleurs et, jusqu'à un certain point, les chanceux survivront. Pour ce qui est des autres, bon nombre d'entre eux auraient jeté l'éponge de toute façon. Il y a beaucoup de petites concessions en région qui existeront seulement aussi longtemps que le propriétaire actuel y est : le constructeur n'accordera pas le droit de concession à un nouveau propriétaire.

Les pièces et services
L'industrie des pièces et services continuera de fonctionner plus ou moins pareillement. En un mot, si vous pouvez obtenir des pièces pour votre camionnette 1949, pourquoi pensez-vous être incapable d'en trouver pour votre modèle 2009? Il en va de même pour les services. Les outils de diagnostic existent déjà, et une importante part de la technologie de votre véhicule relève d'un tiers.