Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

L’alerte pour les places arrière dans la majorité de véhicules neufs d’ici 2025

Il y a quelques années, GMC introduisait avec son modèle Acadia une caractéristique de sécurité qui avait fait écarquiller les yeux de plusieurs. Le dispositif, tout simple, alerte le conducteur de la présence possible d’une personne, d’un animal ou d’un objet à l’arrière, et ce, à sa sortie du véhicule.

Le truc fonctionne simplement. Si une porte arrière est ouverte avant que le véhicule prenne la route, ce dernier devient « conscient » qu’une personne est peut-être montée à l’arrière. Conséquemment, il avertit le conducteur lorsque ce dernier ouvre sa portière pour sortir ou coupe simplement le contact.

Cette mesure, bien qu’elle ne soit pas parfaite, va sauver de vie et l’a peut-être déjà fait ; c’est une évidence.

Tranquillement, on a vu d’autres manufacturiers emboîter le pas. L’un des plus agressifs en la matière est Hyundai qui a déclaré que d’ici 2022, la plupart de ses modèles seraient équipés de ce dispositif. En 2016, GM annonçait déjà que plus de 20 modèles profiteraient de cette avancée.

Photo : Hyundai

Hier, on apprenait que la plupart des constructeurs s’étaient entendus pour que presque tous les véhicules qui seront vendus aux États-Unis (et le Canada par ricochet) à compter de 2025 profitent de cette technologie. L’effort, concerté, est simple ; éviter que de jeunes enfants ne décèdent à l’arrière de véhicules par temps chaud simplement parce qu’ils y ont été oubliés. La décision survient alors que le Congrès américain étudie la chose de près. En juillet, le comité sénatorial du commerce avait voté une loi à main levée qui allait éventuellement forcer les fabricants à faire de cette caractéristique un automatisme avec leurs produits.

Ces derniers ont pris la balle au bond. Au total, 20 marques représentant 98 % des modèles vendus en Amérique du Nord ont signé le pacte.

Plusieurs détails seront à finaliser. Certains groupes souhaiteraient, par exemple, que la technologie aille plus loin en étant capable de différencier entre un sac qui aurait été placé sur le siège arrière et un être vivant.

Au cours des deux dernières décennies, entre 800 et 900 enfants (et plusieurs animaux, assurément) sont décédés sur la banquette arrière du véhicule dans lequel ils prenaient place sur le territoire nord-américain.

Photo : Nissan