Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Apprécier le système eAssist de la Buick Regal

Apprécier le système eAssist de la Buick Regal

Le système eAssist offre une économie de carburant, en toute discrétion Par ,

Après avoir fait l’essai de la Buick Regal CXL l’automne dernier, votre humble serviteur s’est trouvé fort impressionné par différents aspects, notamment celui de l’économie mesurée en carburant.

Mon véhicule d’essai, équipé du moteur de série 4 cylindres de 2,4 L à injection directe et d’une transmission automatique à 6 rapports, a consommé en moyenne 9,2 L/100 km et environ 7 L/100 km en mode vitesse de croisière.

Pas mal pour une voiture conçue pour quatre adultes.

Pour la cuvée 2012, les ingénieurs ont maximisé le potentiel d’économie de carburant de la Regal, en ajoutant un système dit d’« électrification légère », appelé eAssist, à la liste d’options proposées. En jumelant le groupe motopropulseur à un entraînement électrique et un jeu de batteries destiné à alléger la demande en carburant du moteur à essence, les ingénieurs promettent une amélioration sans compromis de l’économie en carburant.

Système eAssist de la Buick Regal
Photo: Justin Pritchard/Auto123.com

Qui plus est, le système eAssist est plus économique et moins complexe qu’un système tout hybride ; on peut donc profiter de ce qu’il offre à peu de frais. Chez Buick, on se fait d’ailleurs très discret à propos du virage écologique de la Regal.

Le système eAssist permet aux roues avant de la Regal de générer et d’emmagasiner à la fois de l’électricité au moyen d’un moteur-générateur spécial qui remplace l’alternateur traditionnel. Ce moteur-générateur est relié au moteur thermique, qui lui est relié à la boîte de vitesses, puis aux roues.

Le moteur-générateur fait appel à la force d’entraînement des roues avant. Lorsque le véhicule descend une pente ou freine, il n’utilise pas d’électricité ; le moteur-générateur passe alors en mode « générateur » et, entraîné par l’action des roues qui tournent, génère de l’électricité qui sera emmagasinée par la suite dans une batterie installée dans le coffre arrière.

Ce procédé, appelé « freinage dynamique », utilise de façon très efficace l’énergie en trop pour recharger la batterie à la place de l’alternateur standard, gourmand en carburant.

Inversement, lorsque le véhicule accélère brusquement, l’électricité emmagasinée est acheminée au moteur-générateur qui passe alors en mode « moteur » et ajoute jusqu’à 15 chevaux supplémentaires d’énergie électrique au moteur thermique. Dans une pente ascendante ou en s’engageant sur l’autoroute, on peut alors utiliser l’énergie de réserve pour donner à la Regal un surplus de puissance au lieu d’appuyer sur l’accélérateur ou de rétrograder.

Le système intègre également une fonction arrêt-démarrage, ce qui signifie que la Regal ne libérera aucune émission polluante dans l’atmosphère lorsqu’arrêtée à un feu rouge.

J’ai récemment effectué l’essai routier d’une Regal équipée du système eAssist sur une distance de 2 500 km. J’ai cru bon partager certaines des observations que j’ai recueillies.

D’abord, l’ensemble du système est extrêmement discret. Lorsque le moteur thermique démarre et s’arrête – une fraction de seconde — on ne ressent ni vibration, ni bruit. Le procédé est encore plus fluide que ce que j’ai pu constater sur des modèles Porsche, Mercedes et BMW.

Fait notable, le système eAssist du Regal ne laisse sentir aucun léger soubresaut le long de sa chaîne cinématique, contrairement à certains autres véhicules utilisant une motorisation mixte carburant-électricité.


La Regal avec eAssist se conduit comme une voiture conventionnelle – peut-être parce que c’en est une, justement. Ce n’est pas une voiture hybride. Elle ne peut pas être propulsée uniquement par l’électricité emmagasinée, puisqu’elle ne dispose que d’un jeu de batteries de faible capacité. Elle est agréable à conduire et, contrairement à bien des voitures hybrides, son apparence est normale.

Mis à part le petit espace emprunté dans le coffre arrière pour ranger le jeu de batteries, la Regal a tout d’une voiture standard. Rien ne la trahit à l’extérieur : pas de plaque ni de vignette spéciale.

Pour le conducteur, il n’y a rien d’autre à faire que de s’installer, démarrer, embrayer et conduire, comme n’importe quelle autre voiture. Si ce n’était de quelques changements subtils apportés au groupe d’instruments, dont une jauge « ECO » et une position « AUTO STOP » au tachymètre, bien rusé qui pourrait la distinguer d’une voiture standard.

La jauge « ECO » de la Buick Regal
Photo: Justin Pritchard/Auto123.com

Malgré tout, les ingénieurs de Buick promettent une réduction de 20 pour cent de la consommation de carburant.

Que dire de ma consommation durant mon essai? Calculé manuellement, j’ai constaté une consommation combinée de 8,3 L/100 km. C’est environ 10 pour cent moins que son pendant standard, conduit dans les mêmes conditions dans le Nord de l’Ontario. Notons cependant que le véhicule d’essai qu’on m’avait attribué était chaussé de pneumatiques d’hiver, ce qui a évidemment augmenté légèrement la consommation d’essence.

Tout compte fait, la consommation dépend en grande partie des habitudes de conduite, des conditions locales et d’autres facteurs particuliers au conducteur. Cependant, cette technologie verte fonctionne vraiment, et elle le fait de façon très discrète.

Vous pouvez faire l’essai de la Buick Regal eAssist dès maintenant.
Gallerie de l'article