Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

DaimlerChrysler crée une voiture Bionique... à partir d'un poisson

DaimlerChrysler crée une voiture Bionique... à partir d'un poisson

Par ,

Voulant se faire avant-gardiste sur le plan de l'économie d'essence et des émissions polluantes en créant une voiture bionique, DaimlerChrysler s'est tournée vers le poisson coffre («boxfish»), aussi appelé Ostracion Cubicus.

La bionique est la science qui consiste à combiner la biologie à la technologie, sur la prémisse que la nature a beaucoup plus d'expérience quand vient le temps de développer et de faire évoluer des êtres vivants pour s'adapter à des situations particulières.

À l'aide d'une équipe multidisciplinaire, DaimlerChrylser a entrepris d'explorer la faune à la recherche d'un spécimen dont la forme et la structure correspondaient le plus à sa vision d'une voiture aérodynamique, sécuritaire, spacieuse et écologique.

Biologistes, scientifiques en bionique et chercheurs automobiles ont donc amorcé une vaste expédition dans le royaume animal qui les a rapidement conduits dans les profondeurs de l'océan - où une surprise les attendait.

En effet, ce ne sont pas les rapides nageurs comme les requins ou les dauphins qui se rapprochaient le plus de l'idée des chercheurs, mais bien une créature qui a l'air de tout sauf d'être agile et aérodynamique: le poisson coffre.

Il s'avère que l'habitat du poisson coffre ressemble de près à beaucoup d'endroits sur la terre. Les récifs coralliens, les lagunes et les algues marines l'obligent à «conserver sa force et à se déplacer en dépensant le moins d'énergie possible, ce qui requiert des muscles puissants et une forme aérodynamique. Il doit aussi résister aux pressions élevées et protéger son corps lors des collisions, ce qui nécessite des écailles rigides. Enfin, il doit se mouvoir dans des endroits exigus pour trouver sa nourriture, ce qui lui impose une bonne manoeuvrabilité.»

Aux yeux de DaimlerChrysler, la principale leçon à tirer du poisson coffre est que rien n'est superflu; chaque partie du corps a une utilité, parfois même plusieurs.

Appliqué à l'ingénierie automobile, «le design du poisson coffre est un exemple parfait de rigidité et d'aérodynamisme. Par surcroît, son physique rectangulaire est pratiquement identique à la partie centrale d'une carrosserie de voiture», au dire du constructeur.

Le premier défi auquel se sont attaqués les ingénieurs de DaimlerChrysler touchait l'aérodynamisme. Ils ont examiné, dans des tunnels de soufflerie et des conduits d'eau, la façon dont les attributs de cet être vivant pouvaient être transférés à un véhicule.

Après maints et maints essais, il a été impossible pour DaimlerChrysler d'obtenir le même coefficient de traînée (Cx) que le poisson coffre (0,04); toutefois, la première maquette, d'une échelle de 1:4, est parvenue à atteindre un Cx de 0,095, ce qui est phénoménal.

En
transposant cette maquette à un modèle dont les dimensions correspondaient à une voiture moyenne, les ingénieurs de DaimlerChrysler ont été encore moins capables de reproduire un tel coefficient, bien qu'à 0,19, le résultat soit toujours remarquable. En effet, le véhicule qui mesure 4243 mm de long, 1815 mm de large, 1594 mm de haut et qui possède un empattement de 2568 mm est le plus aérodynamique de sa catégorie.

En conséquence, la voiture Bionique, dotée d'un moteur diesel à quatre cylindres développant 140 chevaux et 223 lb-pi de couple, ne consomme que 4,3 litres de carburant aux 100 kilomètres. (Dans le jargon américain, cela se traduit par environ 68 milles au gallon.) Dans l'ensemble, selon DaimlerChrysler, la voiture Bionique est approximativement 20 % plus économe que des voitures de série comparables.