Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

F1: La puissance prodigieuse des moteurs turbos (+vidéo)

F1: La puissance prodigieuse des moteurs turbos (+vidéo)

Par ,

À partir de la saison 2014, la FIA a exigé l’emploi de nouveaux moteurs en Formule 1. Ceux-ci devront être des V6 turbocompressés de 1,6 litre. De nombreux amateurs de tous les pays et Bernie Ecclestone s’opposent farouchement à ce changement, prétextant que la F1 devait être le pinacle de la haute technologie automobile.

Pour plusieurs, petit moteur rime avec anémie. Ce n’est pourtant pas le cas…

Renault a introduit la technologie de la turbocompression en F1 en 1977. Quelques saisons plus tard, il était essentiel de disposer d’un turbo. Ces petits moteurs de seulement 1500cc peinaient à tourner à plus de 10 000 tours-minute. Pourtant, c’étaient de véritables bombes de puissance, car leurs compresseurs tournaient extrêmement vite.


Il est pratiquement impossible d’obtenir les vrais chiffres de puissance et de couple. Mais l’Australien Les Wright, qui restaure une Benetton B186 (châssis numéro 05), a aussi refait à neuf son moteur BMW et l’a mis au banc d’essais. Pour la première fois, nous allions obtenir la vérité.

D’après les feuilles générées par le dynamomètre, le petit moteur de 1,5 litre produit 802 chevaux à 9700 tours-minute.

On savait que la bande puissance était fabuleusement étroite. On en a la preuve ici sur papier. La puissance du BMW bondit de 450 à 800 chevaux en à peine 1000 tours, entre 8600 et 9700 tours-minutes !

Notez que la pression de suralimentation n’est que de 3,3 bars, soit 48,5 pouces.

Car en 1986, en configuration de qualification, BMW gavait ses moteurs à une pression de 5,5 bars (80,8 pouces), ce qui faisait grimper la puissance à… 1300 chevaux ! Un an plus tard, en course, le turbo soufflait avec une pression de 3,8 bars (55,8 pouces) pour une puissance de 900 chevaux.