Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

F1: Lotus a donné à Kimi Räikkönen ce qu'il avait besoin

F1: Lotus a donné à Kimi Räikkönen ce qu'il avait besoin

Par ,

Lors du premier Grand Prix de Formule 1 d’Abu Dhabi en 2009, le monde entier a eu une bonne idée du véritable caractère de Kimi Räikkönen.

Après avoir vu son contrat avec Ferrari terminé un an plus tôt que prévu, pour de sombres raisons que seules quelques personnes connaissent réellement, la pression avait disparu des épaules du Finlandais.

Les relations entre Kimi et les membres de la Scuderia étaient devenues tendues et le Finlandais a reçu son salaire prévu, 20 millions d’euros, afin qu’il reste à la maison en 2010.

Libéré de toutes contraintes, Räikkönen commença à dire ce qu’il pensait vraiment. À propos du nouveau circuit d’Abu Dhabi, il déclara : « Les premiers virages ne sont pas mal, mais le reste est une vraie me*de ».

F1 Lotus Kimi Raikkonen
Photo: Lotus F1 Team

Il termina la course en 12e place, fit ses sacs, et alla rejoindre l’équipe Citroën en Championnat du monde des rallyes.

Des résultats mitigés
Même si ses résultats en rallyes ne furent pas des plus convaincants, on se rend compte qu’en rétrospective, ce furent deux saisons extrêmement bénéfiques.

Son meilleur résultat fut une 5e place au Rallye de Turquie en 2010 aux commandes d’une Citroën C4 WRC. Mais plus que cela, c’est la nouvelle personnalité de Räikkönen qui plut alors aux gens de la Formule 1.

Dans un monde manquant de vérités et où règnent les réponses toutes formatées des services de relations publiques, la présence de Räikkönen aux points de service fut un vent de fraîcheur.

Avec sa longue chevelure et ses verres fumés Oakley perchés sur la casquette, Kimi était désormais libre de faire et de dire ce qu’il voulait. S’il ne voulait pas assister à un événement promotionnel d’un commanditaire, il n’y était pas obligé. Si quelque chose ne fonctionnait pas comme il le voulait, il le disait. Comme le jour où il a embourbé sa C4 dans la terre au Rallye de France 2010 et qu’il a déclaré « Quel endroit stupide pour sortir de route ». S’il désirait boire une bière, il le pouvait aussi.

Sa place en WRC fut saluée, comme le fit son coéquipier chez Citroën, Sébastien Loeb, dans l’anecdote qui suit.

Un jour, Kimi a raté le minibus qui devait amener les gens de Citroën à une étape spéciale. Ce qui a fait dire à Loeb, avec son plus beau sourire : « Eh bien, cela m’enlève un peu de pression ! »

Un autre pilote Citroën, Dani Sordo, a lui aussi bien aimé côtoyer Räikkönen. « Au début, il semblait être bien tranquille. On a ensuite découvert qu’il était très amusant ; rien à voir avec son image publique ».

En dépit de son énorme popularité en WRC, Räikkönen n’a pas décroché les résultats espérés. Quelque chose n’a pas pris, comme ce fut le cas chez Ferrari. Et son intérêt envers le WRC diminua avec son manque de résultats. Il venait d’essayer une discipline totalement nouvelle pour lui et même s’il affirme avoir obtenu de bons résultats malgré son manque d’expérience, il fut déçu de ne pas gagner comme il le faisait en F1.

F1 Lotus Kimi Raikkonen
Photo: WRi2

Évidemment, pour un athlète qui ne vit que pour gagner, Kimi avait encore besoin de la F1. Pour un sport manquant de fortes personnalités, la F1 avait besoin de Kimi. Un avait besoin de l’autre.

Retour en Formule 1 avec Lotus

En 2012, Kimi est donc revenu en F1. Un accord a été trouvé entre lui et l’écurie Lotus redevenue à ses couleurs noire et or, à titre de coéquipier de Romain Grosjean. Âgé de 33 ans, Räikkönen a surpassé toutes les espérances placées en lui, terminant toutes ses courses.

Il s’est aussi classé troisième au championnat avec 5 podiums et surtout une victoire au circuit « de me*de » d’Abu Dhabi, où sa popularité explosa auprès des fans suite à sa fameuse intervention par radio à son ingénieur : « Laissez-moi tranquille. Je sais ce que je fais ».

C’est cette atmosphère relax qui règne chez Lotus qui a permis à Kimi de connaître autant de succès. Le mot d’ordre chez Lotus est désormais « Laissez-le en paix et il livrera la marchandise en course ». On l’a encore constaté le week-end dernier en Australie quand il a récolté la victoire au premier Grand Prix de la nouvelle saison.

Parlant au journal italien La Gazzetto dello Sport avant le début de la saison 2013, le propriétaire de l’écurie Lotus, Gérard Lopez, affirmait : « Je veux des pilotes, pas des robots ». C’est exactement ce qu’il a avec Räikkönen.

« Räikkönen veut être utilisé pour ce qui importe le plus, c’est-à-dire conduire. Il est libre de faire ce qu’il veut. Il a trouvé le bon équilibre », d’ajouter Lopez.

Laissez-le faire ce qu’il fait de mieux : piloter.

F1 Lotus celebration Kimi Raikkonen Australia
Photo: Lotus F1 Team

Ces propos de Lopez semblent être exacts, car les journalistes présents dans le paddock à Melbourne ont fait remarquer que Kimi paraissait être en meilleure condition physique que jamais, et que lors des conférences de presse, il donnait les réponses les plus longues de sa carrière.

Si l’atmosphère chez Lotus ne change pas et que la E21 est aussi bonne qu’elle le paraît, Kimi pourrait bien être en marche de son second titre mondial.

Mais ne vous attendez pas à de drames avec lui. Ce n’est vraiment pas sa marque de commerce…