Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Fatigue au volant: les détecteurs de fatigue (partie 2 de 2)

Fatigue au volant: les détecteurs de fatigue (partie 2 de 2)

Par ,

Aussi:
Fatigue au volant: un fléau pancanadien (partie 1 de 2)

Oubliez le thermos de café, rouler les fenêtres ouvertes par -30 ou mettre la musique à fond: bien qu'efficaces à court terme, ces trucs ne vous sauveront pas la vie en cas de fatigue au volant; cela dit, les détecteurs de fatigue non plus, mais ils vous enverront un signal vous suggérant (très) fortement de vous arrêter pour une pause.

Disponibles de série sur certains modèles, plusieurs constructeurs ont mis au point des systèmes pouvant détecter la somnolence chez les conducteurs, en se basant sur différents paramètres, tels que les mouvements du volant, le franchissement involontaire de ligne, etc.

Mercedes-Benz propose son ATTENTION ASSIST, qui analyse pas moins de 75 paramètres lors de la conduite; lorsqu'un signe de fatigue est détecté, une icône en forme de tasse de café s'allume sur le tableau de bord, et une alerte sonore retentit, rappelant au conducteur qu'il ferait bien de prendre un peu de repos. Toutefois, le système ne se met en route que lorsque la vitesse est supérieure à 80 km/h.

Lincoln, de son côté, offre également un tel système, que l'on retrouve aussi chez Volvo, intitulé Driver Alert Control : un système d'alerte de franchissement de ligne est jumelé à un détecteur de mouvements dans le volant; si les mouvements dépassent une certaine fréquence ou une certaine intensité, un signal se fait entendre, et là aussi, une tasse de café apparaît. Le fabricant Bosch n'est pas en reste, ayant lui aussi mis au point un système similaire. La plupart des fabricants automobiles proposent maintenant des systèmes d'aide à la conduite, qui peuvent s'avérer utiles aussi, en détectant un changement de voie, une trajectoire déviante, etc.



Toutefois, une étude publiée par l'Insurance Institute for Highway Safety (IIHS) avance que l'emploi de tels systèmes de détection contribuerait au contraire à augmenter le risque d'accidents de 10 %. Pourquoi ? Les chercheurs ne spéculent pas trop sur les causes, arguant que les alarmes incommoderaient certains conducteurs, qui débrancheraient ces systèmes; d'autres conducteurs les ignoreraient, tout simplement.

De leur côté, les constructeurs automobiles analysent cette étude avec la plus grande prudence, et estiment que les véhicules équipés de cette technologie ne sont pas assez nombreux; par conséquent, l'échantillonnage restreint ne permettrait pas d'établir des statistiques fiables.

Mais le plus important à retenir, c'est que ces systèmes ne sont pas infaillibles; il faut aussi que le conducteur prenne en considération l'avertissement et s'arrête pour prendre un peu de repos.

Bonne route et soyez prudents !