Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

General Motors confirme sa stratégie

General Motors confirme sa stratégie

Par ,

Tous les constructeurs sont confrontés aux mêmes défis : assurer la fabrication de véhicules économiques et répondant aux normes les plus sévères en matière d'environnement. La situation est particulièrement problématique dans ce domaine en Amérique du Nord, alors que le prix du carburant atteint des sommets himalayens, et que les normes environnementales, dictées par la Californie, sont plus sévères que jamais.

Prototypes d'une Saturn Aura et une Opel Vectra 2007

« Les besoins en pétrole sont en hausse constante, notamment en raison de l'émergence de pays en plein développement, comme la Chine et les Indes. Si nos calculs sont exacts, les besoins actuels augmenteront de 71 % d'ici 20 ans. Nous devons donc rapidement trouver des technologies de remplacement qui mettront à profit les moteurs traditionnels à combustion ainsi que toutes les méthodes d'électrification », a expliqué en conférence de presse M. Charlie Freese, responsable de la stratégie technologique de GM.

Dans cette optique, les véhicules hybrides sont au coeur de la nouvelle stratégie qui devrait culminer avec la commercialisation de la Chevrolet Volt, basée sur le système E-Flex de GM. Une récente visite des laboratoires de GM a d'ailleurs permis de constater l'avancement de ce dossier.

Une stratégie diversifiée
Mais avant de se lancer uniquement en mode électrique, GM a plutôt choisi de diversifier ses méthodes pour mettre à profit les technologies actuelles et développer de nouvelles stratégies.

Ainsi, malgré les doutes exprimés plus tôt cette année par le vice-président de GM, Bob Lutz, le fabricant s'oriente davantage vers le diesel. « Nous sommes conscients que le marché nord-américain offre peu de perspectives pour les petites voitures diesel. Le prix de ce type de véhicule et le prix du carburant diesel rendent cette solution inabordable. En réalité, même si le véhicule est économique, il faudra rouler 650 000 kilomètres pour rentabiliser le supplément », souligne M. Freese.

La situation est moins évidente avec les véhicules plus énergivores comme les camionnettes pleine grandeur. Avec une consommation de 15,6 litres aux 100 kilomètres, on parle plutôt d'une période de rentabilité de 120 000 kilomètres.