Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Hyundai va investir 35 milliards en nouvelles technologies et en conduite autonome

Hyundai a annoncé hier qu’elle comptait investir 35 milliards de dollars (devises américaines) envers de nouvelles technologies automobiles ainsi qu’en matière de conduite automatisée. Cette somme sera déployée d’ici 2025 dans le cadre d’un ambitieux plan visant à faire de l’entreprise un joueur encore plus concurrentiel dans l’industrie, notamment en matière de conduite autonome, de connectivité, de technologies électriques, ainsi que de système de partage automobile.

Cette annonce survient peu de temps après une autre effectuée par l’entreprise et deux de ses partenaires avec la firme américaine Aptiv, spécialisée dans la conduite automatisée. Cette fois, l’engagement était de 1,6 milliard.

Le gouvernement coréen est aussi partenaire à la hauteur de 1,43 milliard de dollars américains. Le président Moon Jae-in a déclaré qu’il s’attendait à ce que la moitié des nouvelles voitures vendues dans son pays en 2030 soient automatisées. Les investissements vont s’étendre de 2021 à 2027.

« Le marché de la voiture autonome représente une opportunité en or pour la revitalisation de notre économie, tout comme pour la création de nouveaux emplois. »

-  Moon Jae-in, président de la Corée du Sud, lors d’une allocution effectuée au centre de recherche de Hyundai, à Séoul

Moon Jae-in, président de la Corée du Sud
Photo : Hyundai
Moon Jae-in, président de la Corée du Sud

Le gouvernement s’attend à ce que Hyundai lance des voitures autonomes de niveau 4 pour les parcs en 2024 et pour le public trois ans plus tard, en 2027.

Les cibles sont ambitieuses, ça paraît clair. D’ailleurs, nombreux sont ceux qui se questionnent sur leur faisabilité, surtout considérant les coûts et le fait que la Corée n’est présentement pas à l’avant-scène en matière de technologie. C’est le cas d’Esther Yim, un analyste au sein de la Samsung Securities. Ce dernier affirme que « Hyundai devra acheter de la technologie d’un tiers parti. Même si l’entreprise a beaucoup de ressources, cette aventure pourrait devenir un boulet financier pour elle si ses revenus ne se maintiennent pas leur rythme actuel ».

D’autres prétendent que rien n’est moins sûr quant à l’avenir de la voiture autonome.

Du côté de General Motors, on a volontairement mis au ralenti le développement dans ce domaine, réalisant qu’avant de pouvoir offrir des véhicules autonomes sécuritaires au public, il faudrait plus de temps et plus d’argent que ce que l’on croyait au départ.

Quant au gouvernement coréen, il a mentionné qu’il était pour légiférer afin que des règles claires entourant les voitures autonomes et les questions de sécurité qu’elles soulèvent soient en place pour 2024. Les autorités souhaitent même qu’on puisse procéder à des essais de voitures volantes dès 2025. Chez Hyundai, on souhaite faire partie des pionniers dans ce domaine.

Bref, voilà un dossier qui sera intéressant à suivre.