Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

L’Illinois considère des frais annuels de 1000 $ pour l’immatriculation d’une voiture électrique

Généralement, lorsqu’on parle de véhicules électriques, on fait état de rabais offerts à l’achat de ces derniers. Dans l’état américain de l’Illinois, on étudie une solution contraire. En fait, on songe à instaurer là-bas un frais annuel de 1000 $ pour l’immatriculation du véhicule.

Et cet état ne serait pas le seul à considérer une telle mesure. La réalité est que plusieurs sont inquiets que l’arrivée massive de véhicules électriques sur le marché fasse fondre les revenus qui proviennent des taxes récoltées lors de l’achat d’essence par les propriétaires de véhicules équipés de moteurs à combustion.

Dans les conversations qui sont tenues par monsieur et madame tout le monde, il s’agit d’une thématique qui est soulevée et qu’on entend fréquemment. Au Québec, par exemple, les gens s’inquiètent que les coûts en électricité se mettent à grimper en flèche pour compenser les pertes de revenus qui seront inévitables si moins d’essence est vendue.

Les élus de l’Illinois ont aussi proposé une hausse importante des taxes sur l’essence qui passerait à 44 sous le gallon, soit près du double du montant actuel. Les coûts d’immatriculation bondiraient de 98 à 148 $, selon ce que rapporte le Chicago Tribune.

Photo : D.Boshouwers

Là où le 1000 $ d’enregistrement envisagé fait sursauter, c’est qu’il est estimé qu’un conducteur paie en moyenne 176 $ en taxes sur l’essence annuellement en Illinois. Il faudrait qu’il roule un peu plus de 90 000 km par année pour en payer 1000. Le montant soulevé est donc disproportionné.

Une telle mesure ferait très mal à l’industrie de la voiture électrique, car elle viendrait sabrer les économies prévues par l’acheteur. Ce sera pire si d’autres états emboîtent le pas.

Du même élan, il est certains que les autorités, quelle qu’elles soient, chercheront à compenser leurs pertes de revenus.

Et, puisqu’on parle ici de politique, on découvre que les concessionnaires de l’endroit ne sont pas très loin derrière la proposition. En fait, la législation est proposée par le sénateur démocrate Martin Sandoval. Or, ce dernier compte parmi ses principaux contributeurs l’Association des concessionnaires automobiles de l’Illinois.

D’autres groupes, y compris General Motors, figurent sur la liste des partisans du sénateur.

Est-ce qu’il existe un lien entre tout ce beau monde ? L’avenir le dira, mais si une telle mesure voit le jour, il faudra surveiller la situation de près, car elle pourrait faire des petits.