Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

La conduite défensive

La conduite défensive

Par ,

On me dit que je conduis parfois de manière agressive. Honnêtement, je ne me trouve pas agressive du tout. Je me considère simplement proactive plutôt que réactive.

La conduite défensive, aussi appelée préventive, mais que quelques-uns jugent agressive (wow, je n'ai jamais fait autant de rimes!) est une bonne façon d'éviter les incidents et d'avoir à se faire remorquer. Personne ne m'a jamais montré ni recommandé de conduire ainsi quand j'ai suivi mes cours et passé mon examen. Est-ce l'influence de la ville où j'habite et des routes que j'emprunte? Certains pourraient le croire.

Tout ce que je sais, c'est que je pratique une conduite défensive pour fuir les dangers et les ennuis.

Comment j'explique ça? Eh bien, prenons ma mère en exemple (désolée, maman!). Elle se montre extrêmement passive et réactive au volant, hésitant avant ses manœuvres, remettant ses décisions en question et changeant d'idée à mi-chemin dans bien des cas. Bref, elle n'a pas vraiment confiance sur la route. Idem pour plusieurs automobilistes, d'ailleurs. Malheureusement, sa façon de conduire lui a valu un certain nombre d'accrochages au fil des ans.

Je ne dis pas que ma mère est une mauvaise conductrice, mais elle s'en tirerait beaucoup mieux si elle adoptait une approche défensive et plus alerte.

Quand je conduis, je surveille constamment les véhicules qui m'entourent, leur position, leur vitesse et leurs mouvements. Il ne s'agit pas de paranoïa : j'anticipe le trafic et je m'assure de me trouver au bon endroit en tout temps.

Visiblement, trop peu de conducteurs font comme moi.

Defensive Driving

Même un simple changement de voie peut poser un danger soudain si on ne l'exécute pas correctement. Outre regarder ses rétroviseurs et ses angles morts (encore là, trop peu de conducteurs le font), il y a la question du synchronisme. Il faut savoir trouver une bonne vitesse pour ne pas que le conducteur qui nous suivra soit obligé d'appliquer brusquement les freins et que toute cette action perturbe le débit de la circulation.

Je ne suis pas agressive au volant; je veille seulement à mes propres intérêts. Je n'ai pas peur non plus de vous avertir en klaxonnant ou en faisant clignoter mes phares quand vous faites quelque chose de croche. Je ne souffre pas de rage au volant, mais je ne pardonnerai jamais un conducteur qui se fout des autres usagers de la route.

Les personnes réactives, comme le mot le dit, ne font que réagir, souvent trop tard. Voilà pourquoi des accrochages et des accidents se produisent. Mon approche proactive me permet en quelque sorte de prévoir l'imprévu – un talent qui devrait s'enseigner dans les cours de conduite. En tout cas, moi, je le ferais! Oui, pouvoir réagir rapidement est bon en général, mais quand cette réaction découle d'une situation qui aurait facilement pu être anticipée et évitée, c'est du gâchis.

Que faire pour maîtriser la conduite défensive? Regardez plus loin que le bout de votre nez et portez bien attention au trafic autour de vous. Vous remarquerez, par exemple, que les automobilistes désirant changer de voie commencent généralement à dévier de leur trajectoire avant même d'actionner leurs clignotants. Étudiez les habitudes de conduite des autres usagers de la route (freinages répétitifs, accélérations rapides, zigzags, etc.) et vous saurez prévoir ce qui s'en vient.

Dernier conseil : tenez-vous loin des Corolla beiges...