Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

La Formule 1 doit-elle être politisée ?

La Formule 1 doit-elle être politisée ?

Par ,

Au moment d'écrire ces lignes, les premiers essais libres du controversé Grand Prix de Bahreïn ont eu lieu et on se prépare à un weekend fort agité du côté de la capitale, Manama, et du circuit international de Sakhir.

Agité, car des manifestations ont toujours lieu un peu partout dans le pays et que des activistes sont emprisonnés tous les jours. Sans compter les nombreux blessés et les morts.

Alors, la Formule 1 doit-elle être animée d'un sens politique et d'une certaine justice sociale?

On a longtemps reproché au cirque de la F1 d'aller se produire en Afrique du Sud, sans se soucier de quoi que ce soit durant les années 70 et 80, alors que régnait l'apartheid. C'était « normal », tout simplement.

Manidestation contre le Grand Prix de Bahreïn
Photo: WRI2

Mais les choses ont énormément progressé, surtout à cause de l'évolution accélérée des réseaux sociaux, et le « politiquement correct » est désormais intégré à nos vies.

Déjà depuis des semaines, plusieurs écuries de F1 étaient réellement inconfortables à l'idée de se rendre dans ce petit Royaume. Pas seulement à cause du sentiment d'insécurité, mais à cause du malaise profond causé par la présentation d'une course de voitures alors que des gens luttent pour la démocratie.

Le grand patron de la F1 a mis une pression terrible sur les équipes en affirmant qu'un refus de participer à une épreuve entraîne une rupture de contrat habituellement sanctionnée par une exclusion.

D'un côté, je comprends que des politiciens britanniques exigent l'annulation pure et simple de la course et exigent que tout le personnel de la F1 quitte le pays. Cette région du globe est dangereuse, pour ne pas dire explosive.

Mais d'un autre côté, tous les projecteurs du monde sont braqués sur Bahreïn. Plus de 200 journalistes, photographes, équipes de radio et de télévision, et des sites web sont sur place et parlent sans cesse du climat qui règne. Pour les activistes, il s'agit d'une vitrine médiatique extraordinaire. Cela représente la meilleure façon de faire circuler leur message. Pour cela, je dis que le Grand Prix doit avoir lieu.

Ainsi, pour cette raison fondamentale, je crois que le monde de la F1 doit demeurer apolitique. Pour vous en convaincre, regardez ce que les boycotts des jeux Olympiques ont donné comme résultats au fil des ans.