Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Le PQ veut diminuer la dépendance des Québécois envers le pétrole

Le PQ veut diminuer la dépendance des Québécois envers le pétrole

Par ,

La chef du Parti Québécois, Pauline Marois était présente au Salon national de l'environnement qui a eu lieu sur les Quais du Vieux-Port de Montréal. Elle en a profité pour discuter de différentes mesures que son parti souhaiterait prendre afin de réduire la dépendance des Québécois envers le pétrole.

Comme plusieurs d'entre nous, les gouvernements s'inquiètent de la hausse du prix de l'essence. Le député de Jonquière au sein du Parti Québéçois, Sylvain Gaudreault, est formel à ce sujet : « Il ne faut pas se faire d'illusions : le prix du litre d'essence à moins de 1 $ est révolu et compte tenu que des études laissent entendre que le Québec pourrait ne plus être alimenté en essence à compter de 2030, il y a urgence de nous doter d'un plan rigoureux visant à rendre les Québécois moins dépendants au pétrole ». Voici les principaux volets de ce plan :


Tout d'abord, le Parti Québécois veut accroître les mesures fiscales pour l'achat de véhicules moins énergivores. Cette proposition s'inscrit dans la même direction que le programme du gouvernement fédéral écoAuto. Il s'agissait en fait d'une prime monétaire remise au nouveaux propriétaires de véhicules à faible consommation d'essence. Malheureusement, le gouvernement fédéral a cru bon retirer cet incitatif, qui prendra fin après l'année-modèle 2008.

Par ailleurs, le Parti Québécois souhaite développer davantage les transports en commun, tout en augmentant les incitatifs pour les utiliser.

Afin de développer de nouvelles alternatives, Mme Marois propose d'appuyer plus fortement la recherche et le développement pour l'hydrogène, un carburant très prometteur pour l'avenir de l'industrie automobile.

Pauline Marois a aussi affirmé qu'elle souhaitait accentuer le développement et l'utilisation des voitures électriques. À ce sujet, elle propose de remplacer les véhicules appartenant aux différents ministères par des véhicules uniquement propulsés par électricité.

Ces propositions sont rendues publiques alors qu'on attend une sortie du premier ministre Jean Charest. Il devrait se prononcer sous peu à propos de l'avenir de l'automobile au Québec, notamment de la voiture électrique.