Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Les progrès technologiques au service de l'efficacité et de la puissance des moteurs

Les progrès technologiques au service de l'efficacité et de la puissance des moteurs

Par ,

Puisque les consommateurs en exigent toujours plus de leurs véhicules, les constructeurs s'efforcent continuellement de développer des composantes de moteur à la fine pointe de la technologie pour maximiser le rendement
(Photo: Justin Pritchard, Auto123.com)
et la performance. Aujourd'hui, les moteurs à quatre cylindres ne sont plus sous-performants et les gros V8 ne sont plus nécessairement assoiffés d'essence. La science et l'ingénierie modernes les ont rendus meilleurs que jamais.

Voici quelques-unes des technologies que vous risquez de voir sur votre prochain véhicule. Ne les négligez pas parce qu'elles se résument souvent à des abréviations; des heures incalculables de recherche et de développement ont été investies dans leur création. De plus, il est avantageux de savoir comment elles aident à optimiser la performance de votre véhicule.

Calage variable des soupapes:
Les systèmes tels que VTEC, VVTL-I ou CVVT visent tous à varier le calage des soupapes d'un moteur pour le rendre à la fois plus performant et plus économique. En contrôlant ainsi la fermeture et l'ouverture des soupapes via les arbres à cames, l'ordinateur peut alterner entre différents «modes» selon les demandes du conducteur.

Sur l'autoroute, le moteur fonctionne de façon économique car il utilise moins de carburant. Quand on enfonce la pédale d'accélérateur, le système
(Photo: Justin Pritchard, Auto123.com)
active le mode «performance»; la consommation augmente mais la puissance aussi. Souvent, le conducteur est capable de sentir la transition, soit dans la réaction du moteur ou dans le son d'échappement.

Le système VTEC de Honda a été le pionnier dans le domaine. Richard Allan, un représentant aux ventes pour un concessionnaire Honda, explique: «Prenez la Civic, par exemple. Son moteur iVTEC de 1,8 litre offre la performance d'un moteur de 2,0 litres et l'économie d'un moteur de 1,5 litre. Et il demeure fiable en tout temps.»

D'autres systèmes semblables existent, comme le Système de distribution à calage et levée variables avec intelligence (VVTLi) de Toyota ainsi que le Contrôle électronique innovateur des soupapes de Mitsubishi (MIVEC). Leur fonctionnement et leur nom sont peut-être différents, mais leur principe demeure le même.

Désactivation des cylindres:
GM a introduit la désactivation de cylindres durant les années 1980 afin d'aider les automobilistes à économiser de l'essence. Certains ennuis ont forcé la technologie à l'abandon. Le constructeur a toutefois continué à la perfectionner et présente aujourd'hui un système très efficace.

Gestion active du carburant (Photo: General Motors)
Ce dernier, appelé Gestion active du carburant (autrefois Cylindrée sur demande), est disponible sur certains modèles comme l'Impala SS et la Grand Prix GXP. Le V8 de 5,3 litres qui les alimente désactive la moitié des cylindres lorsque toute la puissance n'est pas requise. De l'huile hautement pressurisée est utilisée pour désactiver et ensuite réactiver les soupapes. (L'injection de carburant est bien sûr interrompue aux cylindres désactivés.) Selon GM, ce système permet une réduction de 8 % de la consommation.

Le système de cylindrée variable MDS du Groupe Chrysler agit sensiblement de la même façon avec le V8 HEMI de 5,7 litres. La puissance s'élève à 340 chevaux, mais la consommation sur l'autoroute est à peine supérieure à celle du V6 de 3,5 litres. Oui, le HEMI est assoiffé quand on accélère à fond, mais les conducteurs raisonnables seront récompensés par le système MDS, qui a d'ailleurs gagné plusieurs prix. (Honda offre une technologie similaire avec ses moteurs V6.)