Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Les types de suralimentation

Les types de suralimentation

Qu'est-ce que la suralimentation? Par ,

La suralimentation augmente l’efficacité du mélange air-essence et par conséquent de l’explosion et de la force du moteur. Plutôt que laisser le moteur aspirer l’air ambiant de façon naturelle, on force l’air à entrer plus vite dans la tubulure d’admission, ce qui permet de réduire la cylindrée d’un moteur tout en obtenant les mêmes résultats.

Il existe principalement deux types de suralimentation. Le turbocompresseur et le compresseur de suralimentation.

Le turbocompresseur s’actionne à un régime assez bas et produit immédiatement sa poussée maximale. Cependant, il doit absorber beaucoup de chaleur, nécessite donc des moments de refroidissement et peut s’endommager si on le néglige.

Le compresseur de suralimentation garde une température plus basse et offre une puissance linéaire moins dommageable pour les pièces internes du moteur. Par contre, la puissance n’est pas instantanée et son utilisation fait beaucoup de bruit.

Photo: Matthieu Lambert

Pour en savoir plus…

Le turbocompresseur
Cette turbine est composée de pales qui tournent grâce à l’air qui y pénètre. Elle est divisée en deux sections, une partie chaude et une partie plus froide. La partie chaude est directement reliée à l’échappement. L’air qui sort du moteur fait donc tourner les pales de la partie chaude, ce qui entraîne les pales de la partie froide, qui se charge de faire entrer l’air plus vite dans l’admission du moteur. Il est placé le plus près possible de l’échappement, pour éviter les délais.

Dès que le mouvement des pales est efficace, autour de 2000 tours/minute, la poussée est instantanée et demeure à son maximum jusqu’à haut régime, dans la plage de puissance déterminée par la grosseur du turbo.

L’augmentation de la pression d’air se mesure en livres au pouce carré (psi).

Pour les moteurs à essence, un turbocompresseur permet d’accroître cette pression d’air atmosphérique entre 6 et 20 livres au pouce carré. Plus la pression est grande, plus le risque de bris est élevé.

Pour les moteurs diesel, à cause de leur composition tout à fait différente, la pression d’air peut être augmentée de 30 à 60 livres au pouce carré.

Turbo