Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Les véhicules hybrides ne sont pas perçus comme un marché important

Les véhicules hybrides ne sont pas perçus comme un marché important

Par ,

Les véhicules hybrides électriques ont reçu plus que leur part de publicité depuis le début et continuent de recevoir des éloges bien au-delà de ceux auxquels ils ont droit. Aujourd'hui il semble que le marché et que certains hauts dirigeants de l'industrie automobile commencent à en faire le constat.

Dans ses plus récentes projections au sujet de l'avenir du marché des véhicules hybrides aux États-Unis, J. D. Power & Associates prétend que la part de ce marché atteindra 3% d'ici 2010. Toyota et Honda en seront toujours les meneurs, mais leur part de marché sera à la baisse alors que Chevrolet devrait les rattraper rapidement.

On parle de 530 000 véhicules en cinq ans, ce qui ne représente pas un volume impressionnant pour 38 modèles, nombre que le marché de l'automobile devrait offrir d'ici là selon J. D. Power. Pour le Canada, cela représente 50 000 véhicules hybrides par année d'ici 2010.

Cela serait de mauvaises nouvelles pour l'industrie car elle perdrait beaucoup d'argent avec les véhicules hybrides, mais le fait que ce petit marché soit très varié limite les dégâts.

Pour plus de précisions à propos des coûts reliés aux véhicules hybrides, nous nous sommes tournés vers Carlos Ghosn, l'homme qui a le plus de crédibilité après avoir sauvé Nissan de la faillite. Le manufacturier nippon est maintenant considéré comme un exemple à suivre.

Prenant la parole à une récente conférence des concessionnaires à New Orleans, Ghosn n'a pas caché son dédain à l'égard des véhicules hybrides. « Ils font une belle histoire », a-t-il précisé, « mais ils ne représentent toujours pas une bonne opportunité d'affaire car leur valeur est plus faible que leur coût ».

Comparativement à ce que les autres grands patrons disent en privé à propos des véhicules hybrides, Ghosn s'est montré poli. Dans l'industrie, on s'accorde à dire que jusqu'à tout récemment, les véhicules hybrides ne pouvaient être fabriqués pour le prix demandé. Même à ce prix, ils ne couvrent même pas les énormes sommes d'argent englouties pour leur développement.

Alors, seule la Prius a du sens pour Toyota, lorsqu'on déduit des milliards de dollars en développement pour les comptabiliser dans les dépenses en relations publiques, et que si on considère la réponse favorable des médias (Voiture nord-américaine de l'année 2004), cela peut en valoir la peine.

On n'entend pas vraiment parler de ce genre de réflexion de la part des dirigeants parce qu'ils ne veulent pas être associés aux anti-hybrides. Ils pourraient sembler être contre la protection de l'environnement et personne ne désire avoir cette réputation.

Power rapporte que 88 000 véhicules hybrides ont été vendus aux États-Unis l'année dernière, ce qui représente 0,52% du volume de ventes totales de véhicules légers.

Avec le nombre de modèles hybrides électriques qui doit passer de 8 à 11 en 2005, J. D. Power prévoit que les ventes de véhicules hybrides se chiffreront à plus de 200 000 unités cette année aux États-Unis pour une part de marché de 1,19%.

Power prévoit aussi que 17 modèles hybrides électriques seront disponibles sur le marché américain d'ici 2006 alors que les ventes devraient grimper à plus de 260 000 unités pour une part de marché de 1,53%.

D'ici 2010, les prédictions de J. D. Power soulignent que 17 voitures et 21 camions utiliseront la technologie hybride pour franchir la barre de 3% pour la part de marché. Cette projection de 530 000 véhicules est légèrement au dessus de la plus récente faite par J. D. Power justement.