Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Les manifestations anti-mesures sanitaires ralentissent la production automobile

La pont Ambassador reliant Détroit et Windsor | Photo : Ambassadorbridge.com
Le meilleur taux d'intérêt
Daniel Rufiange
Le pont Ambassador accueille 25 % de tous les échanges entre le Canada et les États-Unis. Son blocus ne peut qu’avoir des conséquences négatives sur l’économie

Les manifestations contre les mesures sanitaires, qui se déroulent notamment dans la région de Windsor, en Ontario, où se trouve le pont Ambassador qui est un lien majeur entre le Canada et les États-Unis, affectent la chaîne d’approvisionnement au point où certains constructeurs ont annoncé une réduction de leur production.

Nous ne sommes pas là pour juger les mesures ou les manifestants ; on laisse ça aux sites spécialisés en la matière. Ce qui nous intéresse, c’est la production automobile.

Hier, Ford et Toyota ont tous deux interrompu une partie de leurs activités. Le problème, vous en avez probablement été témoins sur différents fils de nouvelles, c’est que le convoi de protestation, composé principalement de camions lourds, a bloqué le pont Ambassador entre Détroit et Windsor. Le trafic a été empêché d’entrer au Canada, tandis que le trafic en direction des États-Unis était toujours en mouvement.

Shopicar.com, 100% en ligne, magasinez votre voiture, achetez en ligne et on vous livre au Québec!

La situation a suscité des avertissements de la part de Washington et d’Ottawa. Tous deux sont conscients des conséquences économiques reliées au blocus. Le pont est vital aux économies des deux pays et des provinces affectées, car il accueille 25 % de tous les échanges commerciaux entre le Canada et les États-Unis.

Voilà pourquoi un certain nombre de constructeurs automobiles sont touchés par les perturbations près de Détroit, le cœur du secteur automobile américain. D’autres facteurs contribuent également à la suspension de la production, notament la pénurie de puces électroniques.

Ford a déclaré mercredi en fin de journée qu’elle devait fermer son usine de moteurs à Windsor et à faire fonctionner une usine d’assemblage à Oakville, en Ontario, selon un calendrier réduit.

« Cette interruption sur le pont reliant Détroit et Windsor fait mal à la clientèle, aux travailleurs de l’automobile, aux fournisseurs, aux communautés et aux entreprises des deux côtés de la frontière. Nous espérons que cette situation sera résolue rapidement, car elle pourrait avoir un impact généralisé sur tous les constructeurs automobiles aux États-Unis et au Canada. »

- Ford via un communiqué

Les pénuries dues au blocus ont également contraint General Motors à annuler sa deuxième équipe de travail à son usine près de Lansing, dans le Michigan. Le porte-parole, Dan Flores, a déclaré que l’usine devrait redémarrer sous peu et qu’aucun impact supplémentaire n’était attendu pour l’instant.

Quant à Toyota, elle ne pourra rien fabriquer dans trois usines canadiennes pour le reste de la semaine en raison d’une pénurie de pièces. Le problème est attribué officiellement attribué à des difficultés liées à la chaîne d’approvisionnement, aux conditions météorologiques et à la pandémie, mais les fermetures sont intervenues quelques jours seulement après le début du blocus lundi.

« Nos équipes travaillent avec diligence pour minimiser l’impact sur la production », a déclaré la firme, ajoutant qu’elle ne prévoit pas de licenciements pour le moment.

Stellantis, anciennement Fiat Chrysler, a fait état d’un fonctionnement normal, bien que la compagnie a été forcée d’écourter les quarts de travail dans son usine de fourgonnettes de Windsor.

La situation touche bien sûr tous les domaines. Par exemple, le gouverneur de la Banque du Canada, Tiff Macklem, a appelé à une résolution rapide. « S’il devait y avoir des blocages prolongés aux principaux points d’entrée au Canada, cela pourrait commencer à avoir un impact mesurable sur l’activité économique. Nous avons déjà une chaîne d’approvisionnement mondiale tendue. Nous n’avons pas besoin de cela », a-t-il déclaré.

Daniel Rufiange
Daniel Rufiange
Expert automobile
  • Plus de 17 ans d'expérience en tant que journaliste automobile
  • Plus de 75 essais réalisés au cours de la dernière année
  • Participation à plus de 250 lancements de nouveaux véhicules en carrière en présence des spécialistes techniques de la marque