Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

NASCAR: Carl Edwards bat Brad Keselowski au dernier tour de piste!

NASCAR: Carl Edwards bat Brad Keselowski au dernier tour de piste!

Par ,

Carl Edwards sait que la vengeance est un plat qui se mange froid… Lui et Brad Keselowski se sont souvent poussés en piste cette saison et samedi à Gateway en série Nationwide, Edwards a eu le dernier mot.

Au cours du dernier tour de la course, Edwards a poussé la Dodge de Keselowki, et ce dernier a effectué un tête-à-queue qui assurait Edwards de la victoire.

Reed Sorenson a croisé l’arrivée au second rang devant le détenteur de la position de tête, Trevor Bayne.

L'accident du dernier tour mettant aux prises Edwards et Keselowski. (Photo: nascar.com)

Les deux protagonistes se sont souvent poussés en piste cette saison. Après l’incident survenu à Atlanta, où Edwards a ouvertement admis avoir percuté son rival, les officiels ont décidé de stopper la Ford d’Edwards et de le placer sous probation pour trois courses.

Samedi à Gateway, Keselowski a frappé Edwards dans le premier virage, au premier tour. Edwards a remis la monnaie de sa pièce à Keselowski en fin de course, l’expédiant dans le mur pour récolter la victoire.

« C’est mon métier. Je dois gagner des courses et m’assurer qu’on ne m’enlève rien ou qu’on ne me vole pas ce qui m’est dû, » a déclaré Edwards.

« C’est de cette façon que je conduis. Et il le sait très bien. Et j’espère que nous respectons cela. Je suis certain que les esprits sont échauffés à ce moment, mais je crois qu’une fois que les choses seront calmées, on pourra se placer à la place de l’autre et comprendre ce qui s’est passé. Mon but n’était pas de lui faire mal. Mais il doit apprendre qu’il ne peut pas me rouler dessus et me placer dans des situations périlleuses, » de conclure Edwards.

Keselowski a déclaré que sa manœuvre dans le premier virage a mis Edwards en furie.

« J’ai trouvé une façon de le battre. Il était en furie et en conséquence, il m’a poussé dans le mur. Se faire mettre en tête-à-queue en pleine ligne droite n’est pas brillant. Que ce soit à 200 ou à 120 milles à l’heure. Je suis déçu que cela se termine de cette façon. Mais je suis sûr qu’il va dire qu’il est un gars fantastique et qu’il s’excuse, et qu’il est vraiment cool… » de conclure ironiquement Keselowski.