Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

NASCAR: Les équipiers soumis à une pression intense

NASCAR: Les équipiers soumis à une pression intense

Par ,

Oubliez que l’objectif est de participer à la « Chase » de fin de saison en Coupe Sprint. La réelle pression est de gagner la Compétition d’arrêts aux puits !

Le pompiste de Dale Earnhardt Jr, Caleb Hurd, a remporté la victoire dans sa catégorie en 2008 lors de cette compétition.

Hurd se prépare pour le concours de cette année qui se déroulera, devant amis et membres de sa famille, à Charlotte jeudi soir.

Il avoue sentir une forte pression.

« Durant les courses, il est facile de sa cacher sous son casque. Lors de cette compétition, vous êtes sous les projecteurs et on ressent une plus grande pression que lors des courses, » de dire Hurd.

(Photo: Getty Images for NASCAR)

Hurd, qui en est à sa dixième année chez Hendrick Motorsports, a commencé sa carrière en compagnie de Robbie Loomis en travaillant sur la Chevrolet No. 24 de Jeff Gordon.

Hurd a fait partie de l’équipe qui est passée, avec succès, de la voiture de Gordon à celle de Jimmie Johnson en fin de saison passée, en pleine course.

Après la course de Homestead, il est devenu le pompiste de la voiture No. 88 de Dale Earnhardt Jr. Cette saison, les voitures 88 et 48 sont assemblées dans le même bâtiment, tandis que les No. 24 de Gordon et No. 5 de Mark Martin sont construites dans un autre.

Contrairement à ce qu’on peut croire, la transition de la voiture de Gordon à celle de Johnson s’est faite facilement l’an dernier.

« Vous devez être loyal à votre voiture. Mais rien ne change vraiment, à l’exception du pilote, » de dire Hurd.

« Nous sommes une grosse équipe jusqu’au moment où nous enfilons nos combinaisons, » ajoute-t-il.

« Je connais des gens qui ne se rendent pas compte que je travaille autant pour Jimmie que je le fais pour Junior, » précise-t-il.

Hurd s’entraîne beaucoup afin d’effectuer le meilleur travail possible lors des courses de la Coupe Sprint. Il confirme que la pression ressentie est gigantesque.

« Il n’y a aucune place pour l’erreur. Tout le monde est au sommet de ses possibilités. Notre meilleur arrêt a été réalisé en 12,8 secondes (à Darlington). Nous n’avons rien fait de vraiment fantastique. Nous n’avons fait que suivre le rythme des autres équipes qui arrivent à faire des arrêts en moins de 13 secondes, » de dire Hurd.

Mais jeudi, Hurd sera sous les projecteurs devant ses amis et membres de sa famille et va tout faire pour gagner la compétition.