Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Le Felicity Ace qui transportait près de 4000 véhicules neufs a coulé

Au cours des deux dernières semaines, les amateurs de voitures et certains propriétaires en attente de leurs nouveaux véhicules ont retenu leur souffle alors que le navire transportant leurs précieuses acquisitions, le Felicity Ace, a été victime d’un incendie à bord.

Le brasier a finalement été maîtrisé et le navire était en pleine opération de sauvetage visant à la remorquer jusqu’à la terre ferme avec les quelque 4000 véhicules neufs qui se trouvaient à bord. Leur sort demeurait incertain, mais peu d’espoirs subsistaient.

Et bien ce matin, on oublie tout ça. La firme qui remorquait le Felicity Ace a indiqué que le navire avait subi une gîte à tribord (prise d’eau qui l’entraîne à caler) et avait coulé au large des Açores. Le magazine Road & Track a rapporté aujourd’hui que la dernière mise à jour de l’armateur du navire, Mitsui O.S.K. Lines (MOL), datait du 25 février. Elle indiquait alors que le bateau était stable et avait été abordé par des équipes de sauvetage.

Voici la déclaration complète de ce matin :

« MOL Ship Management (Singapour) fait le point sur la situation du transporteur de voitures “Felicity Ace”. Les premiers rapports de l’équipe de sauvetage locale indiquent que le navire a coulé vers 9 heures, heure locale, après avoir subi une gîte à tribord. La dernière position du navire était à environ 220 nm au large des Açores. Les embarcations de sauvetage resteront dans la zone pour surveiller la situation. D’autres informations seront fournies dès qu’elles seront disponibles. »

Shopicar.com, 100% en ligne, magasinez votre voiture, achetez en ligne et on vous livre au Québec!

Le navire Felicity Ace, en feu
Photo : India Times
Le navire Felicity Ace, en feu

Le bateau transportait des Lamborghini Urus, Aventador (les dernières produites) et Huracan, des Volkswagen Golf R, GTI, Arteon et ID.4, ainsi que des modèles Porsche et Bentley. Au total, plus de 4000 véhicules se trouvaient à bord, à destination des concessionnaires et des acheteurs américains. Le navire a pris feu le 16 février dernier.

Les causes n’ont pas été clairement déterminées et les spéculations vont dans tous les sens. Nous éviterons de tomber dans le mélodrame. Chose certaine, avec les preuves qui se retrouvent maintenant sous l’eau, il sera assurément plus difficile de déterminer la ou les causes.

Ce qui est incroyable dans tout cela, c’est qu’une guigne semble s’acharner sur l’industrie automobile. Déjà, les délais de livraison sont plus longs que prévu en raison de la crise des puces électroniques. Puis, une tragédie du genre vient en remettre. Heureusement, les membres de l’équipage ont pu être rescapés aux débuts de l’incendie.

Ça va finir par finir, comme dirait l’autre.