Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Quoi faire quand ça fait « boum ! » ?

Quoi faire quand ça fait « boum ! » ?

Par ,

Dans un monde idéal, il n'y aurait pas d'accident. Dans la réalité, vous risquez d'être impliqué dans l'une des dizaines de milliers de collisions sans blessé qui surviennent chaque année au Québec. Si c'est le cas, une fois le choc passé, il vous faut agir diligemment. Voici quelques règles à suivre afin d'éviter qu'une simple mésaventure ne se transforme en le pire des cauchemar.

Le conducteur qui vous suit dans la lourde circulation n'a pas vu que vous aviez freiné. Boum ! Heureusement, que du métal froissé et des sacs gonflables déployés. Et tout aussi heureusement, votre boîte à gants renferme un constat amiable...

Tout bon conducteur devrait conserver un exemplaire de constat amiable dans son véhicule. Conçu par le Groupement des assureurs automobiles (GAA), le document vous permettra d'économiser du temps lors d'un accident sans blessé, puisqu'il permet d'éviter le recours aux autorités policières. N'ayez crainte, il ne constitue pas une reconnaissance de responsabilité; il sert plutôt à identifier les parties en cause. D'où l'importance d'y noter les numéros de permis de conduire, de police d'assurance, de certificat et de plaque d'immatriculation, de même que les noms, adresses, téléphones des personnes en cause ainsi que la date, l'heure et le lieu de la collision.

Le constat amiable sert également à décrire les dommages causés aux véhicules, ainsi que l'accident lui-même. Dans l'espace-croquis réservé à cette fin, vous devez démontrer vos talents d'artiste afin d'expliquer dans quel sens allait la voiture A, de quelle direction venait la voiture B, quelle était leur position au moment de l'impact, quels étaient les signaux routiers, etc. Vous avez des témoins sous la main ? Consignez leurs coordonnées; leur témoignage pourra être utile en cas de contestation.