Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Récupérer 500 km d’autonomie en 18 minutes, ça vous dirait ?

La première bataille importante pour rendre les véhicules attrayants a été d’augmenter leur autonomie. Celle-ci a été gagnée, même si nous allons tous accueillir à bras ouvert des modèles en offrant encore plus.

Le deuxième combat, il se situe à la hauteur des temps de recharge. Si certains s’accommodent bien de la situation actuelle, plusieurs ne veulent pas y mettre le temps, soit vivre avec les contraintes qu’exigent des périodes de recharge parfois plus longues lors des déplacements.

Cette bataille aussi sera un jour gagné, c’est une évidence. D’ailleurs, plusieurs travaillent déjà sur la chose et des progrès ont été réalisés au fil des années. Puis, il y a la technologie des batteries à l’état solide qui représente une piste de solution intéressante. Certains constructeurs vont nous proposer des véhicules équipés de telles piles avant la fin de la présente décennie, c’est aussi une certitude.

En attendant, on peut s’intéresser, par exemple, au travail de l’entreprise naissance Mullen qui a d’ailleurs présenté en novembre dernier un concept au Salon de l’auto de Los Angeles, le Five. La firme s’est aussi lancée dans la course au développement de batteries à l’état solide, une technologie susceptible d’améliorer considérablement l’autonomie, les temps de recharge et la sécurité.

Shopicar.com, 100% en ligne, magasinez votre voiture, achetez en ligne et on vous livre au Québec!

En début de semaine, Mullen a déclaré qu’elle développait une cellule de batterie à l’état solide qui pourrait offrir une autonomie de plus de 1000 kilomètres à partir d’un bloc de batterie d’une capacité de 150 kWh. La recharge rapide en courant continu permettrait également d’augmenter l’autonomie de quelque 500 kilomètres en seulement 18 minutes, a déclaré la compagnie.

Voilà qui commence à être intéressant, car avec un tel ratio, retrouver 100 ou 200 km ne prendrait que quelques minutes.

C’est un début. Mullen ne prévoit pas commencer les tests de sa batterie à l’état solide avant 2025 dans un véhicule, soit une année après la commercialisation de son premier modèle, le VUS Five. Et si les essais devaient s’avérer concluants, la technologie ne parviendrait au modèle que lors de son deuxième tour de piste, soit avec une deuxième génération.

Le groupe Volkswagen a déclaré vouloir introduire cette technologie après 2025. Nissan vise l’année 2028, tandis que BMW et Mercedes-Benz parlent de la fin de la décennie. La première firme au fil d’arrivée sera peut-être Toyota qui prévoit l’introduire avec un véhicule hybride, dans un premier temps.

Si la technologie de batteries à l’état solide n’est pas nouvelle, des obstacles subsistent pour son application dans le domaine automobile, notamment en ce qui a trait à la fabrication des batteries à grande échelle.