Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Rencontre entre le trio de Détroit et le président Bush

Rencontre entre le trio de Détroit et le président Bush

Par ,

Les présidents et chefs de la direction du Groupe Chrysler et de Ford, Tom LaSorda et Alan Mulally, ainsi que le président du conseil de General Motors, Rick Wagoner, ont récemment rencontré le président des États-Unis, George W. Bush, pour lui expliquer les défis auxquels est confrontée l'industrie automobile américaine.

(Photo: DaimlerChrysler)
Voici les principaux points qui ont été abordés par les trois géants de Détroit:

Énergie
Les constructeurs appuient la volonté du président Bush de développer des carburants renouvelables pour réduire la dépendance du pays au pétrole importé. Ils ont dit pouvoir équiper la moitié de leurs véhicules de moteurs à carburant mixte (incluant le bio-diesel) d'ici 2012. GM, Ford et Chrysler ont rappelé l'importance de maintenir les incitatifs pour encourager le public à acheter de tels produits.

Compétition
Toutes les parties à la table ont reconnu que les emplois bien rémunérés et les investissements massifs rendus possibles par l'industrie automobile américaine sont menacés par la compétition étrangère. Les trois dirigeants attribuent cette menace à un marché inégal; par exemple, plusieurs constructeurs étrangers bénéficient d'importantes subventions de leur pays respectif pour payer les frais de soins de santé de leurs employés. En outre, les politiques fiscales et commerciales dans ces pays dévaluent leurs devises, ce qui rend les produits américains moins attrayants.

Coût des matériaux
Il a aussi été question du protectionnisme dont profite l'industrie américaine de l'acier. Les constructeurs automobiles soutiennent qu'en raison d'une consolidation d'envergure, les compagnies d'acier domestiques sont en train de se restructurer, elles ont des dépenses réduites, elles bénéficient d'une protection à l'importation et elles sont à nouveau très rentables. En contrepartie, les constructeurs automobiles doivent payer plus cher pour l'acier et les services d'approvisionnement. Selon eux, Bush doit réaliser que ce protectionnisme n'est plus requis.

Mulally, LaSorda et Wagoner se sont dits heureux d'avoir eu la chance de discuter avec le président Bush. Ils ont réitéré qu'ils allaient faire leur part pour trouver des solutions qui permettront de maintenir le leadership américain en matière d'innovation et de technologie.